L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

T.S. Spivet, jeune garçon surdoué, envoie le dessin de sa machine à mouvement perpétuel qu’il a inventée au prestigieux Musée Smithsonian de Washington. Il reçoit ainsi le prix Baird, et sans rien dire à sa famille, part à Washington en train.

L'extravagant voyage du Jeune et Prodigieux T.S. Spivet - Affiche

J’aime beaucoup le réalisateur Jean-Pierre Jeunet, que ce soit Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain, Un long dimanche de fiançailles, etc., sa façon de filmer, son enchaînement de péripéties, m’a toujours beaucoup plu. C’est donc avec joie que je suis allée voir son dernier film au titre interminable : L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet. Naïvement je n’avais pas vraiment fait attention aux acteurs du film et à leurs nationalités. Qu’elle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai entendu la voix du jeune Spivet ! Je suis allée voir le film en français alors que les acteurs sont en fait américains et le doublage est très mal fait, surtout pour le petit garçon.

Le film raconte la vie du “jeune et prodigieux” T.S Spivet et de sa famille, ses parents, son frère jumeau et sa grande sœur. Comme toujours chez Jeunet, la voix off est très présente et nous fait partager les pensées du petit garçon, sa vision des choses, et sa vérité enfantine très touchante. Lorsqu’il apprend qu’il va recevoir le prix Baird, le seul problème n’est pas qu’il soit un enfant mais qu’il ne puisse pas se rendre à Washington. Il embarque donc dans un train clandestinement et parcours tous les États-Unis pour se rendre au Musée Smithsonian.

Les paysages filmés par Jean-Pierre Jeunet sont magnifiques et même si l’on perd un peu de souffle au milieu du film, on passe un agréable moment, très émouvant. La première partie du film reste quand même la meilleure, celle où T.S. nous présente son univers, ses rêves, sa vision du monde. Une remarque, les dessins et schémas dessinés/écrits à l’écran ne sont pas traduits, tout comme le doublage mal fait, c’est assez dommage. Les acteurs sont assez bien choisis, le père (Callum Keith Rennie) est à la fois terrifiant et attachant, la mère (Helena Bonham Carter) aussi étrange que d’habitude et même les enfants (Kyle Catlett, Niamh Wilson et Jakob Davies) jouent parfaitement bien.

L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet est donc un film émouvant, tendre, à voir en famille et en anglais. Il n’est pas le meilleur film de Jean-Pierre Jeunet, il manque quelque peu d’étrangeté pour ça, peut-être dû au roman original. Néanmoins il aborde certains thèmes profonds comme la perte d’un membre de sa famille, la culpabilité, et surtout l’enfance d’une manière très agréable.