Mad Max : Fury Road

Max a décidé que la survie, sur la Terre polluée, est forcément solitaire. Alors qu’il roule seul, il se fait capturer et entraîner dans la cité d’Immortan Joe.




Mad Max, inoubliable trilogie des années 80, se paye le luxe d’un remake-suite rugissant, dirigé par le réalisateur d’origine, George Miller. Dans le rôle de Max, Tom Hardy (Batman, Inception, Enfant 44), plus imposant physiquement que Mel Gibson, réussit à nous faire croire à cet homme solitaire, un peu fou, hanté par ses démons, mais qui reste au final, un  homme bon. Dans le rôle de la guerrière, amoureuse platonique du héros, on retrouve Charlize Theron, qui trimballe sa silhouette élancée et musclée à bord d’un immense camion transportant du pétrole, son manchon droit recouvert d’un squelette métallique.

L’histoire est plutôt simple et se base surtout sur une course-poursuite qui dure pendant tout le film. Max, après avoir été capturé par les hommes d’Immortan Joe, est emmené de force à la poursuite de l’Imperator Furiosa (Charlize Theron). Celle-ci, censée amener du pétrole à l’autre ville contrôlée par Immortan Joe, essaye de sauver les filles de son harem en les emmenant à la « Terre Verte ». S’en suit alors une échappée rutilante, à base de flammes jaillissant des voitures, de moteurs grondants, de sacrifices, et bien sûr, de paysages désertiques magnifiques. Et, niveau paysage et décors, on est servi ! Entre un marécage désolant de tristesse, une tempête électrique, la cascade où vit le méchant et le désert encore et toujours, Mad Max n’a pas perdu de sa superbe.

Quelques bémols au film toutefois, la découpe des scènes rend un film haché, fait de pics d’adrénaline – retour au calme – fond noir, et de nouveau, pics d’adrénaline – retour au calme – fond noir qui ne permet pas de rester en tension tout au long du film et qui nous ennuie même, un petit peu, au milieu. Deuxièmement, le méchant, Immortan Joe, qui est, au départ, montré comme un véritable colosse au souffle erratique, rappelant un peu Dark Vador, et qui perd de sa superbe au fur et à mesure, se faisant disputer par ses associés.

Néanmoins, Mad Max : Fury Road est à voir, que ce soit pour les acteurs, outre les deux principaux, on peut citer Zoë Kravitz, Nicholas Hoult et Hugh Keays-Byrne, pour les paysages, et bien sûr, l’ambiance qui n’a rien à envier à la trilogie originale.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s