Cendrillon

Ella vit une vie paisible et tranquille avec son père et sa mère dans une jolie maison à la campagne. Lorsque sa mère meurt, tout bascule, jusqu’à ce qu’elle se retrouve servante dans sa propre maison.

Tout le monde connaît le conte Cendrillon… tout le monde. Dans le cadre de l’adaptation live de ses films, Disney propose, après Maléfique et avant La Belle et la Bête, une réadaptation du célèbre conte.

Ce qu’on peut déjà relever dans cette adaptation de Kenneth Branagh, c’est le casting. Assez loin d’un casting totalement people, habituel dans ce genre de film, on retrouve avec joie de bons acteurs ayant déjà fait leurs preuves depuis longtemps : Helena Bonham Carter, Richard Madden, Derek Jacobi, mais surtout l’excellente Cate Blanchett. Quelques têtes sympathiques sont aussi au programme : Stellan Skarsgård qu’on ne voit jamais assez, Sophie McShera révélée dans Downton Abbey et Holliday Grainger, actrice qui monte. L’héroïne Ella-Cendrillon, jouée par Lily James, est une petite révélation, très juste malgré la naïveté évidente de son personnage.

Les décors sont superbes, sobres mais lumineux, les couleurs sont très bien choisies et on évite le kitch de mauvais goût. La scène de la fuite du château nous permet de découvrir de magnifiques paysages avec une mise en scène toujours recherchée.

En fait, le seul problème de Cendrillon c’est Cendrillon. Le conte date d’une autre époque, et toute réadaptation fidèle ne pourra jamais enlever le côté vieillissant de l’histoire. Pourtant, Kenneth Branagh et le scénariste Chris Weitz tentent quelques entorses au conte original : le prince rencontre Cendrillon en forêt avant de la revoir au bal, le royaume est beaucoup plus contextualisé, un petit pays confronté à de grands pays voisins, mais c’est surtout dans le personnage de la belle-mère qu’on trouve une petite note de fraîcheur. Beaucoup plus comique et désabusée, même parfois attachante, Cate Blanchett campe une marâtre réaliste tout en finesse et dérision. Ces différents changements étaient un bon début, mais il aurait fallu aller plus loin.

Cendrillon est, dans l’ensemble, une bonne adaptation qui fait du mieux qu’elle peut pour moderniser le conte, sans toutefois trahir l’histoire originale qui, elle, malheureusement, est toujours aussi naïve.

Petit Bonus : Il y a un mini court-métrage La Reine des Neiges avant le film.

http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=19551294

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s