American Sniper

Chris Kyle, tireur d’élite, est envoyé en Irak pour protéger des équipes de « marines ». À son retour dans son foyer, il a du mal à quitter la guerre.




 Les films de Clint Eastwood sont, depuis quelques années, assez décevants, et malheureusement American Sniper ne fait que confirmer la tendance. Quand on pense à Sur la route de Madison, Mystic River, Million Dollar Baby, ou encore Gran Torino, on ne peut que reconnaître qu’il est un grand réalisateur capable de faire passer une émotion d’une façon aussi subtile que Meryl Streep essayant de résister à son envie d’ouvrir grand la portière de sa voiture. Et même, dans ses derniers films, malgré le scénario bon enfant, ou l’étalage de happy-end, la mise en scène était toujours aussi puissante : dans Au-delà, le tsunami de début est dévastateur, dans J. Edgar, tout est fait pour aider la grande prestation de Leonardo Di Caprio, bref… Clint Eastwood est un très bon metteur en scène.

Cependant, la mise en scène ne fait pas tout dans un film, et malgré la tempête de sable, très belle scène d’American Sniper, il n’y a pas grand chose d’autres à retenir du film. Certes, Bradley Cooper semble se donner à fond pour essayer de faire vivre son personnage, mais on n’arrive juste pas à croire à ce grand enfant monopenséiste qui se croit grand sauveur de l’humanité. On cherche le réalisme, et hélas, on ne le trouve pas. Dans Mémoires de nos pères, Clint Eastwood avait filmé les deux côtés de la guerre, en donnant une place aux Japonais dans la « suite » : Lettres d’Iwo Jima. Ici, malgré quelques détails sur le sniper irakien – on découvre quelques secondes qu’il a un enfant, on survole une photo des Jeux olympiques – on ne donne aucune place aux irakiens décrits comme des sauvages et simplement des sauvages.

On ne peut s’empêcher de se demander où est la profondeur ? quel est le but de tout ça ? Et la fin ne fait que confirmer ce qu’on craignait, American Sniper n’est là que pour étaler l’Amérique dans ce qu’elle a de plus égocentrique. Les raisons de l’engagement de Chris Kyle sont évoquées, mais on s’attendait quelque chose de plus compréhensible, de plus recherché… Son difficile retour au foyer est aussi décrit, mais jamais de façon réellement poussée.

Bref American Sniper est hélas, un bon film de propagande américaine, qui déçoit énormément surtout quand on se rappelle que Clint Eastwood malgré ses convictions politiques républicaines avait autrefois réalisé Jugé Coupable, un véritable plaidoyer contre la peine de mort.

http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=19550838

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s