The Giver

Dans le futur, les émotions et les souvenirs du passé ont été supprimés pour permettre aux Hommes de créer un monde sans violence et sans barbarie. Lorsque Jonas atteint l’âge, au lieu d’appartenir à une classe commune de la communauté, on lui donne le rôle de Passeur, celui chargé de se souvenir.

The Giver - Affiche

Au titre anglais The Giver, on préféra le titre français « Le Passeur » beaucoup plus évocatif et précis. The Giver contient quelques jolies idées de mise en scène : le noir et blanc représentant le manque d’émotions, la couleur qui apparaît au fur et à mesure, les jeux de langage et quelques bons acteurs : Jeff Bridges, Meryl Streep, Alexander Skarsgård, Katie Holmes… Et pourtant, The Giver n’a rien de plus qu’un Divergente ou autres films dystopiques adaptés de best-seller jeunesse.

Le personnage principal, élu insupportable et sans saveur, nous fait subir une histoire vue et revue : celui qui se rend compte que son monde parfait n’est pas si parfait, celui qui comprend que les émotions (l’amour) sont essentielles, et celui qui finit par détruire et sauver son univers. Ligne directrice commune à de nombreux films ces derniers temps. Et malheureusement ici, The Giver comme Divergente n’a pas la prestance d’une Jennifer Lawrence de Hunger Games, ou les effets spéciaux réussis du Labyrinthe. Aussi, malgré un début satisfaisant et quelques bonnes idées, The Giver est film à peine passable.

http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=19547430

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s