Dans l’ombre de Mary

Pamela Lydon Travers, dit Mrs Travers, auteur du roman à succès Mary Poppins mène une bataille ordonnée depuis plus de vingt ans, contre l’adaptation en film de son livre par Walt Disney. Malheureusement, elle est quand même obligée de se rendre à Los Angeles pour rencontrer l’équipe chargée de mettre en image Mary Poppins.

Affiche Dans l'ombre de Mary

Dès le départ, la démarche coincée et stricte d’Emma Thompson nous séduit, histoire de prouver une fois encore quelle grande actrice est cette femme. Les dialogues, ses répliques cinglantes, sèches, hilarantes, font du personnage un petit bout de femme extraordinaire, attachée de façon très forte à sa Mary Poppins et à son histoire. Tom Hanks est aussi attachant en Walt Disney, sa « magie » grandiloquante, le miracle permanent, mais c’est surtout le duo Thompson-Hanks, qui fonctionne parfaitement, qui magnifie le film. Le côté très anglais d’Emma Thompson, carrée, franche, et le côté américain de Tom Hanks, féérique, et business-man avant tout.

Dans l’ombre de Mary se divise entre les scènes du présent et l’adaptation du livre en film, et des flash-backs concernant l’enfance de Mrs Travers, sans que l’une des parties ne prennent le pas sur l’autre. Les deux époques cohabitent de manière à servir l’histoire et à nous faire pénétrer dans l’intimité de l’auteur de Mary Poppins. Les deux histoires sont intéressantes et émouvantes, Colin Farrell est attachant en père de famille perdu, soucieux de ses enfants. La jeune actrice Annie Buckley, qui incarne Mrs Travers jeune, est aussi très bien, traduisant la détermination d’une jeune fille dans tous les côtés matures que peuvent avoir les enfants, et son admiration pour son père.

J’ai été émue pendant ce film, extrêmement, parce qu’on s’attache à ce personnage de Mrs Travers, et on s’interroge sur son enfance. On veut comprendre comment cette petite fille si imaginative a pu devenir une femme balançant des Mickeys par la fenêtre ! J’ai d’ailleurs trouvé le titre anglais « Saving Mr Banks » beaucoup plus juste que la traduction française, car tout le film réside dans une analyse de l’œuvre Mary Poppins, de son contexte de création, mais surtout de l’histoire de son auteure. D’ailleurs la bande annonce, qui ne m’avait pas du tout donnée envie de voir le film, dessert celui-ci. Dans l’ombre de Mary n’est pas un making-off de Mary Poppins mais une comédie dramatique sur une femme qui a investie une partie de soi dans son œuvre.

http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=19540088

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s