Prisoners

Deux fillettes sont enlevées dans la région de Boston, Anna et Joy. Bien décidé à les retrouver, le détective Loki mène l’enquête, tout en surveillant de près le père d’Anna, Keller, qu’il trouve de plus en plus suspect.

Affiche Prisoners

Denis Villeneuve réussit dès le départ à créer une tension qui va s’étendre tout au long du film. On sait ce qu’il va arriver, on a vu la bande annonce ou bien on a lu le pitch, les fillettes vont disparaître, se faire enlever. Et pourtant, on ressent une véritable accumulation de stress, le moment où l’on comprend qu’elles sont parties seules, le moment de flottement où les parents s’en rendent compte, le moment où ils apprennent qu’elles ne sont pas cachées dans leurs maisons respectives, et le moment où la panique les gagne. Pendant tout le film, le réalisateur joue avec nos nerfs, en nous faisant croire qu’il a arrêté le coupable, puis finalement non, puis en créant un nouveau moment de panique lorsque l’un des ravisseurs entre par effraction dans une des maisons… Bref Prisoners réussit très bien à nous plonger dans ce scénario prenant.

Jake Gyllenhaal joue très (très) bien l’inspecteur dépassé par les évènements, qui fait tout ce qu’il peut pour retrouver des fillettes disparues et qui ne peut s’empêcher de montrer le dégoût profond que lui inspire certains criminels. Déjà dans Le secret de Brockeback Mountain, Jake Gyllenhaal montrait un style de jeu particulier, très personnel, ici, il ne fait que renforcer mon idée qu’il est un des grands acteurs du Hollywood actuel. Hugh Jackman, lui me déçoit un peu, certes il est crédible en père de famille prêt à tout pour retrouver sa fille, mais il se perd un peu dans le rôle. Il va jusqu’à enlever le premier suspect, dont il est persuadé qu’il est le kidnappeur, pour l’enfermer et lui faire subir un interrogatoire qui dégénère au fur et à mesure. Jusqu’où va-t-il aller ? C’est ce que l’on se demande, assez dégouté devant les scènes parfois violentes, tout au long du film…

La partie avec l’inspecteur Loki est beaucoup plus intéressante, je trouve, on oscille entre polar et thriller avec des pics d’adrénaline tout au long du film. Et le décor joue extrêmement bien son rôle. Entre maisonnettes de banlieue, la forêt enneigée, les bois obscurs, le danger nous semble présent partout, même chez les amis, les voisins, les autres policiers. Prisoners m’a beaucoup plu, je n’ai pensé à rien d’autre pendant le film que « retrouver les fillettes » ! La durée du film assez longue (2h33) est passée comme un éclair, tellement l’angoisse permanente nous tient en éveil. Même si j’avais compris pratiquement la fin avant l’heure, j’ai trouvé le scénario plutôt bien conçu et assez satisfaisant.

Prisoners m’a fait passer un très bon moment de cinéma, avec un thriller très bon, de bons acteurs, j’ai d’ailleurs oublié de citer Paul Dano, qui est détestable tellement il a la tête du méchant parfait, Terrence Howard en père dépassé mais aussi les actrices Maria Bello et surtout Viola Davis. Prisoners, un très bon film à voir en cette période de froid qui commence !

http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=19536953

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s