Blue Jasmine

Jasmine voit sa vie voler en éclat lorsque son mari Hal se fait arrêter pour escroquerie financière, elle est donc obligée de vivre chez sa sœur Ginger, qui a une vie beaucoup plus modeste.

Affiche Blue Jasmine - Woody Allen
Woody Allen continue de filmer, des films drôles, des films noirs, des films tristes, des films de tous les genres. J’ai parfois du mal avec ses films mais parfois pas. Je pourrais citer Match Point, Scoop, Vicky Christina Barcelona que j’ai beaucoup aimés. Ou alors Whatever Works dans lequel je me suis profondément ennuyée. Bref, je suis quand même allée voir Blue Jasmine, que tout le monde considère comme le nouveau grand film de Woody Allen, le choix de l’actrice Cate Blanchett m’ayant déjà à moitié convaincue.

Dans Blue Jasmine, on suit Jeannette, renommée Jasmine, dans son retour à la réalité après une forte dépression due à sa situation : son mari escroc financier a été emprisonné et elle se retrouve sans argent, sans travail, sans diplôme, à la porte, obligée de vivre chez sa sœur. La sœur, Ginger,  jouée par Sally Hawkins, a une vie beaucoup plus modeste, elle collectionne les maris losers, a deux enfants bruyants, et est caissière. Le choc des classes est assez brutal, comme souvent dans les films de Woody Allen; le thème de l’élévation sociale se retrouve ici dans le personnage de Jeannette-Jasmine, qui ne légitime pas son passé modeste, puis son mariage avec un arnaqueur.

Les acteurs, comme souvent chez Woody Allen, sont très bien choisis, que ce soit Cate Blanchett qui est absolument formidable, Sally Hawkins très attachante, Alec Baldwin profondément détestable, et Bobby Cannavale qui joue parfaitement les losers à mèche, on a parfois l’impression d’être dans une pièce de théâtre. L’humour est très présent, dans un style sarcastique et ironique. Jasmine est un personnage complètement fou qui explique sagement à ses neveux que son mari a couché avec toutes ses amies et qu’elle s’est retrouvée à parler toute seule dans la rue (scène mémorable). Et Ginger, dans sa dépréciation de soi, nous donne envie d’entrer dans l’écran pour venir la secouer de toutes nos forces.

J’ai beaucoup aimé ce film parce qu’il m’a fait beaucoup rire, mais j’ai aussi été déçue sur certains aspects : quelques longueurs plombent quelques fois l’histoire, et quelques idées lancées au fil de la narration ne sont pas forcément exploitées. Les flash-backs de la vie d’avant de Jasmine servent plutôt bien le récit, et sont mêmes, parfois, plus intéressants que le « présent ».

Blue Jasmine est un bon film pour ceux qui aiment déjà Woody Allen, mais peut aussi convenir aux personnes non habituées à ce style. Le film reprend les touches du réalisateur dans l’omniprésence des dialogues, mais reste simple dans le scénario, et la façon de filmer.

http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=19536444

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s