MAKO

Le tatouage habille, déshabille, séduit, indiffère, révolte… Mako, nous parle de sa passion…

Christelle Da Silva : Quelle est votre parcours artistique ?

Mako : Je n’ai fréquenté aucune école d’art et rien – si ce n’est les arts plastiques au collège et le dessin industriel au lycée – ne s’en est rapproché durant ma scolarité, laquelle fut longue et ennuyeuse. Je dessine depuis que j’ai su tenir à peu prés correctement un crayon. Puis c’est chez “Nels” à Douai que j’ai développé mon coup de patte, en apprenant parallèlement à manier les aiguilles…
C.D.S : Quand vous dessinez des portraits, vous mélangez le réel avec l’imaginaire, pourquoi ?

M : Pour ce qui est du portrait c’est relativement ressent. L’exercice n’étant pas des plus simples, je faisais de temps à autre quelques caricatures pour faire marrer les potes, sans plus. Ce n’est qu’en 2008 que je m’y suis essayé, avec la photo d’une ex, remaquillée par mes soins façon Romero… Les avis sont partagés ! Depuis, lorsque j’en travaille un, je ne me contente pas de refaire une copie de photo, j’y ajoute souvent des éléments, aux grès de mes humeurs.

C.D.S : Quelles sont vos influences, vos inspirations ?

M : Question influences je baigne depuis longtemps dans l’humour noir, avec notamment comme références “Les contes de la Crypte”, et tout un tas d’autres trucs plus ou moins glauques et malsains. Et plus c’est barré, plus ça m’amuse, ne me demandez pas pourquoi …

C.D.S : Vous vous souvenez de votre premier tatouage ? Comment ça s’est passé ?

M : Ça s’est bien passé, heureusement pour l’ami “Jean” d’ailleurs ! Je ne cache pas que j’étais un peu nerveux, mais j’ignore si c’était dû au café-gin-tonic ou à l’appréhension de perdre un ami, mystère… (rires)

C.D.S : Y’a t-il un petit côté sadique de dessiner sur la peau ?

M : Chez moi ce n’est pas le cas, pour les autres je n’en sais rien. Quoi qu’il en soit lorsque se présente un gros “relou” qui t’abrutit dès le matin, t’es content de le faire taire sous un bon tracé; c’est important de pouvoir bosser au calme !

C.D.S : Que ne faut-il pas faire pour être un bon tatoueur ?

M : Sûrement bosser à l’œil !

C.D.S : Y a t-il des conseils que vous donneriez aux futurs tatoueurs ?

M : Des conseils pour les futurs tatoueurs ? Mince, je suis trop jeune pour ça… Si ce n’est de prendre le temps de suivre l’apprentissage nécessaire à l’exercice de ce métier, car assurément c’en est un, contrairement à ce que pensent tous ces crétins qui ne songent qu’à ramasser de la thune, et ils sont nombreux…
Pour les futurs tatoués également, et je ne suis pas le premier à revenir sur ce point: Votre peau n’est pas à prendre à la légère, alors quitte à y mettre le prix (qui bien souvent se justifie), prenez le temps de la réflexion et n’hésitez surtout à vous informer ! (demander par exemple à votre tatoueur de vous montrer des travaux déjà exécutés par ses soins), ça vous évitera de mauvaises surprises…

C.D.S : Je vous laisse le mot de fin.

M : Merci pour l’écoute.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s