Polisse

Les policiers de la brigade des mineurs de Paris luttent contre les innombrables vicissitudes subies par les enfants : traque de pédophiles, captures de parents soupçonnés de maltraitance avec témoignages d’enfants à l’appui, suivi d’adolescents pickpockets ou en dérive sexuelle. Plongés dans cet univers délétère, ces policiers tentent d’accorder leur dur labeur quotidien avec leur vie privée. Une jeune photographe est envoyée faire un reportage photo dans l’unité en charge des affaires de mœurs.

Prix du jury à Cannes cette année, ce film bouleversant raconte le quotidien d’une brigade chargée de la protection des mineurs. Mais pas que. Parce qu’ici les policiers ne sont pas que des chiffres ajoutés pour cause de délinquance massive. Ici les policiers sont des êtres humains comme les autres. Et ça fait du bien quelques fois de savoir que notre sécurité n’est pas qu’au main de fachistes, alcooliques ou racistes.

Il est évident que la réalisatrice (et actrice) Maïwenn a pris le parti de ne montrer que des flics faisant “bien” leur métier mais qu’est-ce qu’ils en bavent… ! Comment réussir à avoir une vie de famille normale après toutes les horreurs vues au long de la journée ? Les histoires de moeurs, tirées de faits réels, sont dures, très dures. On sort nos mouchoirs, on se retient d’hurler, on sursaute d’horreur et plus. Et pourtant en regardant ce film, on rit aussi, beaucoup. Car chaque moment intenable est suivi d’un vrai moment de vie. Ces moments furtifs qui nous montrent que l’on est vivant. L’éveil d’une relation entre Melissa (Maïwenn) et Fred (Joeystarr), une soirée en boite après une affaire réussie, une discussion virulente autour de la politique… et plein d’autres.

Ce film a aussi le plus d’être porté par des acteurs, des vrais, Maïwenn donc, Joeystarr qui décidément sait faire du cinéma, Karin Viard qu’on aime en femme perdue mais forte, Marina Fois magnifique, Fréderic Pierrot en chef usé et plein d’autres. Ce film donc nous tient en haleine pendant 127 minutes où l’on sait que tout peut arriver, jusqu’à la scène finale, inattendue, violente et en même temps si spontanée.

Bande annonce

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s