True Blood







“Suite à la mise au point par des scientifiques japonais du True Blood, un sang synthétique, les vampires ont fait leur «coming out» à travers le monde, et tentent désormais de s’intégrer à la population. C’est dans ce contexte que Sookie Stackhouse, une jeune serveuse télépathe, rencontre Bill Compton, un vampire de 173 ans dont elle est incapable d’entendre les pensées ; mais cette relation n’est pas vue d’un très bon œil dans la petite bourgade de Bon Temps, où le racisme anti-vampires augmente au fur et à mesure que les meurtres se succèdent.”

Et oui la saison 4 vient de terminer ce week end, alors je me suis dit qu’il était temps de faire un petit point de tout ce déferlement de monstres à crocs. Tout d’abord il semble évident que la série True Blood et les livres La communauté du Sud dont ils sont tirés, ont été créés en réaction à la vague puritaine de Twilight et autres … Car ici tout n’est que provocation, sexe, gore et rock and roll.

Pourtant True Blood est beaucoup plus que ça, autant la saison 1 traitait du racisme avec originalité, ici ce sont les vampires victimes de discrimination, leur lutte pour obtenir des droits rappelant étrangement le combat des noirs ; autant les autres saisons étaient beaucoup plus ancrées dans les créatures fantastiques. Et pourtant beaucoup de sujets graves y sont répertoriés, l’addiction aux drogues, le fanatisme religieux, la lutte pour le pouvoir par tous les moyens…

On aurait pu trouver cela redondant, mais ce qui fait la force de cette série, c’est le fait qu’on se désintéresse presque des personnages principaux au fil des saisons pour comprendre que la série est beaucoup plus riche que ça. Les seconds rôles sont très bien choisis et leurs histoires sont parfois presque plus intéressante que celle de Sookie et Bill. On peut nommer Tara qui dès la premier saison nous entraîne dans son destin empli de mauvaise chance, Eric qui est le personnage qui évolue le plus au cours des épisodes tantôt cynique, cruel, et presque innocent ici dans la quatrième. Et puis surtout tous les personnages du village tout droit sorti de l’amérique profonde, Lafayette incontournable, Sam, Arlene, Alcide et j’en passe.

Et ce qui plait c’est que les méchants sont très bien fait, surtout ici dans la dernière saison (Marnie petit bout de femme apeurée fini par se changer en sorcière destructive). Et on y croit. Car les acteurs sont bons (peut être excepté Sookie), les décors magnifiques, flippant les bois !, les dialogues savoureux, et surtout les fins de saisons absolument sadiques…

Et le pire c’est qu’on en redemande…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s