Technologie et Genie, l’Art d’Eric Standley

On peut trouver son inspiration partout, même dans une boite de Cheerios ! 🙂

Et oui, c’est en travaillant sur un projet de dĂ©coupage au laser des cĂ©lèbres boites de cĂ©rĂ©ales qu’Eric Standley a mis au point un art unique, mĂŞlant la complexitĂ© de la gĂ©omĂ©trie et la finesse du papier.

Aujourd’hui professeur à l’UniversitĂ© de Virginia Tech, cet amĂ©ricain rĂ©alise ses Ĺ“uvres en superposant des feuilles de papier prĂ©alablement dĂ©coupĂ©es au laser, afin de leur donner de la profondeur et la sensation d’un enchevĂŞtrement infini. On passe ainsi d’une simple feuille en 2D à une Ĺ“uvre 3D Ă  la fois Ă©poustouflante et intrigante !

Ne nous mĂ©prenons pas. Bien que la technologie soit une aide importante dans l’étape du dĂ©coupage des feuilles, Eric Standley doit, pour chaque pièce, accomplir un travail mĂ©ticuleux de rĂ©flexion. Une œuvre comprend plus d’une centaine de feuilles dĂ©coupĂ©es ! Cette considĂ©rable Ă©tape de prĂ©paration nĂ©cessite plusieurs mois de recherche et de design. Tout d’abord, Eric dessine le concept qu’il aimerait rĂ©aliser avant de concevoir ses calques sur ordinateur. Travaillant toujours plusieurs calques en mĂŞme temps sur un logiciel, tout en gardant le concept global en tĂŞte, c’est pour lui comme jouer aux Ă©checs en pensant les 4 ou 5 coups après.

InfluencĂ© par la dĂ©licatesse de l’architecture gothique et islamique, Eric Standley parvient Ă  rĂ©aliser un travail technique et esthĂ©tique, et transmet une Ă©motion de l’ordre du spirituel. C’est impressionnant, et le plus incroyable est que chaque calque n’est composĂ© que d’espaces vides !

Quelques exemples de son travail avec des macroscopies :

 cathedral

details

 

porte

porte 2

 

sea

sea2

Petite interview vidéo :

Son site internet : www.eric-standley.com

JĂ©rĂ´me Laizin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.