Qui veut la peau de Roger Rabbit ?

Qui veut la peau de Roger Rabbit ?

Roger Rabbit est au trente-sixième dessous. Autrefois sacré star du cinéma d’animation, le lapin blanc est fortement préoccupé pendant les tournages depuis qu’il soupçonne sa femme, la sublime Jessica Rabbit, de le tromper. Le studio qui emploie Roger décide d’engager un privé, Eddie Valliant, pour découvrir ce qui se cache derrière cette histoire bien plus complexe qu’il n’y parait !


Première immersion des toons dans l’univers du cinéma vivant, mélanger ses personnages animés à des acteurs réels était risqué, et pourtant… Pourtant c’est un des films qui m’a fait le plus rire de toute ma vie !

Le début du film nous surprend, on y croit vraiment à ce dessin animé américain de base, et pourtant on entend un “coupez!!” tonibruant et le décor se soulève pour laisser place à un plateau de tournage. On se rend compte que les toons sont des personnages réels avec des vies en dehors de l’écran, par exemple le merveilleux baby qui se révèle être un pervers notoire.

On a l’impression d’être dans un polar noir, et pourtant Robert Zemeckis détourne tous les codes pour mieux nous faire rire, la scène où Eddie Vaillant découvre Jessica Rabbit est juste hilarante. Mais le mieux c’est le méchant joué par Christopher Lloyd, absolument effrayant, psychopathe, au rire grinçant propriétaire d’une arme absolue : la trempette.

Une comédie hilarante, où les codes des films noirs côtoient le dessin animé pour enfants. Si vous ne l’avez pas déjà vu, c’est à voir absolument, et si vous connaissez et bien c’est à revoir !

Bande annonce