Pourquoi ne pas commencer lol*? League of Legends

 

 

 

 

Il est courant que certains jeux aient une réputation qui les précède. Beaucoup ont entendu parler de la violence dans la licence des GTA ou encore du règne secret des poulets dans les Elder Scroll. Dans le premier cas, il est possible d’éviter une grande partie de l’effusion d’hémoglobine en conduisant droit et en ne tirant pas à vue sur les passants innocents, mais c’est tout de suite beaucoup moins fun. De la même manière, est-ce vraiment justifié de littéralement se faire agresser par un village entier, après avoir accompli une mission extrêmement dangereuse pour la sécurité du dit village, juste pour la mort d’un volatile de basse-cour ?

Dans les jeux « à réputation », League of Legends (LoL) est plutôt connu. En effet, en peu de temps, ce multijoueur de combats en arène a beaucoup gagné en popularité. Que cela soit pour les screenshots de scènes de batailles brouillonnes, ou la longue liste de personnages improbables, ou encore les tournois d’ESport encore plus chargés en sueur et testostérone que certains sports classiques, beaucoup ont entendu des échos sur LoL. Échos qui portent aussi malheureusement parfois sur sa communauté d’adolescents rageurs, mais cet élément ne doit pas être un frein pour les plus modérés et respectueux d’entre vous qui souhaitent se joindre aux équipes de joueurs passionnés.

Le style de jeu multijoueur en arène est apparu avec DotA – pour plus de détails voir l’historique – qui ne sera pas développé ici, le but étant de présenter LoL.

 

 

 Jouer d’accord, mais jouer à quoi ?

Carte classique avec les 3 lignes qui relient les 2 bases adverses le tout entrecoupé par la jungle.

Le principe de League of Legends est des plus simple. Deux équipes, de cinq personnages chacune, vont s’affronter sur un terrain divisé en trois lignes ; le but étant de progresser sur une ou plusieurs de ces lignes vers la base adverse pour y détruire son cœur.

Les zones verdoyantes entre les lignes constituent la jungle. Entrecoupée de chemins de traverse pour naviguer plus vite entre les lignes, elle abrite aussi des créatures qu’il est possible de tuer contre de l’expérience et de l’argent. Traitement radical contre des créatures qui n’ont rien demandé à personne, mais comme souvent, l’argent et l’expérience sont les clés ici pour réussir.

Là où cela devient plus subtil, c’est que chaque personnage, appelé champion, se joue différemment et qu’il ne peut pas aller n’importe où sur la carte. En fonction des lignes, des rôles sont définis avec des caractéristiques à remplir, de telle manière qu’un champion peut généralement convenir pour 1 à 2 rôles seulement. Des expérimentations sont toujours possibles en jouant un champion dans un rôle à contre-emploi, mais il est conseillé d’avoir une certaine connaissance des bases avant de se lancer en mode free style.

De manière succincte, les quelques rôles, définis selon le choix des lignes, à remplir dans une partie de Lol :

  • En haut, top : Un « gros lourd ». Seul sur sa ligne, le champion doit avoir une bonne armure pour résister aux attaques adverses. Les attaques sont généralement au corps-à-corps du type « physique » (en opposition aux attaques de type magique).

Darius

Udyr

Renekton

Les « gros lourds », une appellation bien méritée

 

  • Au milieu, mid : Un mage. Seul aussi, il utilisera des attaques magiques, la plupart du temps à distance, en utilisant son Mana, sa réserve magique. Il est généralement moins résistant que le champion top, il faut donc savoir esquiver et avoir une bonne lecture du jeu pour connaître les bons moments où attaquer.

Annie

Ryze

Katarina

Sous leurs airs fragiles, les champions mid cachent de puissantes capacités !

 

  • En bas, bot : un champion de type attaque physique et son support. Alors attaques physiques oui, mais pas exactement de la même nature que celles de celui top. Ce sont généralement des attaques à distances, aux dégâts plus restreints. Et, point important, le champion est plus faible du point de vue résistance et vie, c’est pour cette raison qu’il se fait aider par un support, qui comme son nom l’indique, l’aide à mener à bien ses attaques, à rester en vie plus longtemps, ou encore à fuir le plus vite possible quand sa vie est menacée (certes moins glorieux, mais c’est une notion vitale qu’il ne faut pas hésiter à appliquer).

MissFortune

Thresh

Graves

Janna

 Miss Fortune – Tresh ; Graves – Janna : Exemples de duo Attaquant (ADC) – Support

 

  • Dans la jungle : le jungler. Ce champion va tuer les créatures qui parsèment les herbes et va parfois donner des coups de main à ses alliés dans les lignes, déclenchant des attaques surprises des plus désagréables quand elles se concluent par la mort de son propre champion.

Lee Sin

Fiddlestick

Rengar

Parmi les champions qui ont plusieurs rôles, Fiddlestick qui est un champion de type magique, se joue aussi très bien en mid lane.

 

La même disposition est appliquée par l’équipe adverse et le combat commence !

Il faut donc tuer des adversaires pour détruire les tours qui bloquent le passage des lignes et avancer vers le camp adverse. Tuer les champions et les monstres rapportent de l’argent et de l’expérience, le premier sert à acheter des objets qui vont rendre le champion plus fort, plus résistant ou avec des capacités en plus. L’expérience, elle,  permet de passer des niveaux, il y en a 18 dans une partie. Les niveaux sont des moyens d’augmenter les statistiques de son personnage et donc d’être meilleur que celui d’en face.

Après avoir été effrayé intrigué par cette mise en bouche, il est aussi bien de savoir pourquoi se donner la peine d’assimiler de telles choses.

Et donc pourquoi jouer ?

Depuis le début, le mot combat est beaucoup utilisé, et à raison, mais il ne faut pas oublier l’autre élément très important du jeu : la stratégie. Certes, les champions effectuent des attaques, combattent donc, mais ses attaques sont à adapter suivant le champion en face, le stade du jeu, l’avantage pris par un camp ou un autre et les autres champions présents sur le terrain. Chaque champion va avoir une stratégie qui lui est propre en fonction de ses attaques et ses caractéristiques, et c’est le déploiement de ces tactiques, ponctuées par leurs réussites ou leurs échecs, qui vont faire le piment du jeu.

Toutefois, convaincre des émotions ressenties lors d’une expérience vidéo ludique (si, si ludique), c’est un petit peu comme décrire les sensations éprouvées dans une attraction Disney, ça manque de réalisme. Mais heureusement, League of Legends propose des attraits bien concrets en dehors de ses expériences de jeu variées et palpitantes.

  • Free-to-play !

Le téléchargement s’effectue de manière totalement gratuite (et légale). Il n’est pas nécessaire de payer pour jouer, ni pour progresser. Riot Games, la boîte qui développe le jeu, a fondé son modèle économique sur la fidélité et l’engouement des utilisateurs. Il est possible d’acheter des personnages, champions, avec des design différents, des packs de boots et bien d’autres choses encore, mais ces achats ne sont pas obligatoires. Le joueur, au fur et à mesure des parties, gagne des points d’influence qui permettent d’acheter une partie de ces éléments. Un joueur peut donc passer des heures sur LoL sans dépenser le moindre centime !

  • Un tutoriel, un mode vs bots

Comme le terme multijoueur en ligne le laisse entendre, LoL se joue avec et contre d’autres personnes. Des coéquipiers prompts à voler à votre secours en cas de problèmes sur votre ligne, à prodiguer des conseils utiles pour acheter les objets en cours de partie… Mais aussi à inonder le chat de lettres capitales plus ou moins insultantes en cas d’erreurs. Aussi, avant de se confronter aux tempéraments parfois explosifs des joueurs, un débutant pourra se faire la main sur le tutoriel et des parties contre des joueurs virtuels, des bots.

Le tutoriel mettra le débutant face aux principales étapes de jeux et permettra de prendre les commandes en main. Sans être trop long, cette phase d’apprentissage est claire et donne les informations utiles avant de se lancer dans le grand bain. Et si, plus de pratique paraît nécessaire, les parties contre les bots constituent un intermédiaire intéressant. Cinq vraies personnes jouent contre des champions dont la difficulté est à sélectionner (facile – intermédiaire – difficile, rien de bien nouveau de ce côté-là donc). Les bots suivent un schéma de jeu classique et sont toujours là où on les attend (contrairement aux joueurs normaux). D’une complexité inférieure aux parties classiques, ce mode de jeu sera un bon moyen d’acquérir de bons réflexes et de se familiariser avec des champions.

  • Un matchmaking très bien pensé

Lors d’une partie, comme dit avant, les champions peuvent gagner 18 niveaux. Hors du jeu, en tant que joueur, on peut aussi passer des niveaux, 30 au total. Chaque niveau passé est un peu plus d’expérience acquise. Par conséquent, il serait très injuste de faire s’opposer des personnes niveau 1 contre des niveaux 30. Mais là encore, Riot a tout prévu puisque les parties réunissent des personnes de niveaux voisins. Le matchmaking, la répartition des joueurs dans les parties, est bien fait.

  • Des modes de jeux variés et beaucoup de champions

Les jeux vidéo, c’est chronophage. Toute personne ayant les nerfs tendus, à la limite du point de rupture, en tentant de passer une succession de plateformes aux sauts plus vicieux les uns que les autres, ou s’étant fait occire par un boss tellement de fois successives que le bouton de respawn (résurrection) menace de rester enfoncer au cœur de la manette, en savent quelque chose.

League of Legends se conforme bien à cette allégation. Dans un premier temps, de nombreuses parties 5vs5 seront nécessaires pour passer les niveaux, mais ce n’est pas le seul mode de jeu disponible. Il y en a trois autres fixes, 3v3, Aram et Dominion, et des modes qui viennent s’ajouter pour une durée limitée, généralement très relaxant. Ces autres cartes de jeu permettront de renouveler l’expérience et inciteront le joueur à revenir plus souvent pour se perfectionner sur chacune d’elles.

3 vs 3

Aram

Dominion

Mode de jeu temporaire : le même champion identique

De la même manière qu’une plateforme manquée poussera à recommencer un niveau de Zelda ou Mario, une partie perdue est frustrante et poussera à cliquer sur le bouton « Rejouer ».

Et les champions ! Ils sont nombreux, avec des styles différents, certains attireront plus le regard, dans un premier temps, que d’autres, jusqu’à ce qu’un de ceux ignorés soit joué de façon brillante et donne terriblement envie de le tester.

Entre les modes de jeu à tester et maîtriser et les champions à expérimenter, les heures peuvent facilement se cumuler, et tout ça gratuitement (il est bon de le rappeler) !

  • Une communauté développée (in game et en dehors)

Pour plus de convivialité, il est possible de retrouver ses amis en ligne pour des parties (un bon moyen de s’améliorer grâce de bons conseils, tout en évacuant une partie de la pression). Il est fréquent aussi de créer des liens avec des personnes ajoutées parmi les amis et de développer une vraie complémentarité avec une personne en Suisse, en Angleterre ou encore en Espagne ; sans compter les compétitions d’ESport, réunissant les meilleures équipes internationales et qui vont s’affronter en direct devant une foule passionnés. Au-delà de la compétition, ces rencontres sont une bonne occasion pour partager avec les joueurs, à travers le monde, en direct, et non plus par le biais d’un écran.

Le succès de LoL a généré des centaines de vidéos de parties et de conseils. Pas besoin de fureter bien longtemps avant de trouver des avis sur tel ou tel champion, des conseils sur le meilleur équipement à acheter ou quelques brillants exemples d’attaques menées par ce champion. Une aide en ligne toujours appréciable.

Parmi les sites de bon conseils, il y a bien entendu le site de League of Legends ou encore le site Millenium.org.

Conclusion

Tout ça pour dire : pourquoi ne pas essayer ?

Les bases sont simples à acquérir dans le sens où les joueurs sont guidés pas à pas vers le perfectionnement. De cette manière, les bases sont rapidement acquises et le jeu laisse rapidement l’opportunité de faire de très bonnes parties. La communauté étant importante, en plus des bases de données de Riot Games, beaucoup d’informations peuvent être trouvées sur divers sites et blogs sous forme d’articles ou de vidéos, offrant un grand choix de moyens pour mieux comprendre certains points ou améliorer des techniques.

League of Legends est un jeu de stratégie et de prise de décision. La succession de parties accélérera l’analyse des situations, rendra plus efficace la prise de décision et augmentera la prise de leadership. Un tas d’éléments qui, mine de rien, sont valorisés dans la vie de tous les jours.

Enfin, comme tous les jeux bien faits, LoL a son propre univers avec ses champions qui ont chacun une histoire, les territoires et les monstres. L’identité visuelle est reconnaissable et les graphiques évoluent. Les anciens champions sont redésignés, rendant leurs visuels aussi beaux que ceux des champions actuels.

Entre les nouveaux modes temporaires, les nouveaux champions et les changements apportés, le jeu est en constante évolution et offre de nouvelles choses à découvrir fréquemment.

Bref Historique :

League of Legends appartient à la catégorie de jeux appelés MOBA (Multiplayer Online Battle Arena), aussi connu sous le nom d’ARTS (Action Real Time Strategy), ces deux appellations résumant globalement les grandes idées de ce type de jeux.

Le développement de ce genre a été permis grâce aux jeux de Blizzard Entertainment. L’entreprise américaine, connue avant tout pour le MMORPG WoW – World of Warcraft –  est à l’origine des jeux Starcraft et Warcraft. La version III de Warcraft offrait en plus un éditeur de mondes afin de donner encore plus de liberté de personnification pour les joueurs. En 2003, un de ces éditeurs, connu sous le pseudonyme de Eul, a lancé une carte reprenant un terrain de Starcraft (Aeon of Strife) et où le but était de combattre en arène pour capturer le terrain adverse. Au départ, le mode était intégré à Warcraft III puis, d’autres éditeurs sont venus y ajouter des personnages, des objets et des éléments scénaristiques. La popularité du mode s’est accrue jusqu’à ce qu’il sorte comme un jeu en soit, indépendamment de Warcraft. C’est ainsi qu’est né DotA – Defense of the Ancients.

Des versions améliorées, modifiées, complétées ont continué à paraître, cependant, les bases du MOBA étaient déjà en place. En succession à DotA, d’autres jeux du genre ont vu le jour, Heroes of Newerth et bien sûr, League of Legends.
Aujourd’hui DotA a été suivi d’une suite. LoL et DotA sont les deux principaux rivaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.