Persepolis (film)

« Un beau moment de cinéma. » Le Figaroscope   « Persepolis a tout d’un grand film. » Le Journal du Dimanche    « Un film capable de nous faire rêver, voyager, pleurer et hurler de rire dans la même séquence. Exaltant. » Le Parisien   « Terrific… A true original. » The Times   « Endlessly charming and very funny. Brilliant. » Empire

Il ne fait aucun doute que je partage les critiques presse de ce film d’animation americano-francais en noir et blanc que j’ai vu pour la première fois en 2007 lors de sa sortie au cinéma. Mêlant à la perfection le tragique de la guerre et le comique de certaines situations, Persepolis est un film poignant. Il prend une dimension encore plus forte car il s’agit du récit autobiographique de Marjane Satrapi, personnage principal du film (et également co-réalisateur avec Vincent Paronnaud).

L’histoire suit le parcours de Marjane, de l’enfance à l’âge adulte, et couvre une période allant de la Révolution Iranienne de 1979 à l’expatriation de Marjane en France en 1994. Tout commence lorsque Marjane, petite fille de 8 ans issue d’une famille moderne, est témoin de la destitution du Shah, le roi du peuple iranien. Avec sa famille, elle vit ce moment dans la joie; tous croient alors que de la révolution naîtra une démocratie où chaque citoyen sera libre. Les opposants de l’ancien régime sont libérés. Les espoirs sont immenses…

Tout se passe au contraire de manière très inattendue avec la victoire « démocratique » des islamistes fondamentalistes avec 99,99% des voix. Le quotidien de Marjane et des Iraniens change du tout au tout avec une atmosphère de répression dans une nouvelle société où le port du voile devient obligatoire pour les femmes, et où les opposants politiques sont systématiquement arrêtés voire exécutés. Puis, la guerre Iran-Irak éclate, rendant la tension de plus en plus insupportable. Endoctrinement, condamnations, bombardements… C’est dans ce contexte que les parents de Marjane, alors adolescente, décident de l’envoyer dans un lycée francais d’Autriche, afin qu’elle puisse poursuivre ses études. De nombreuses péripéties arriveront à Marjane à Vienne ; elle y passera quelques années avant de rentrer en Iran après avoir successivement perdu son logement, vécu dans la rue et être tombée gravement malade. Marjane retrouve son pays après la fin de la guerre avec l’Irak (en 1988), et elle est enchantée de retrouver les siens. Cependant, la soif de liberté de Marjane ne lui suffira pas pour être heureuse dans un Iran tout aussi répressif, et sur le conseil de ses parents, elle s’expatrie définitivement pour la France.

Je ne me lasse pas de voir et revoir Persepolis, et à chaque fois je ressens autant d’émotion. Ce qui me plaît le plus est certainement le fait qu’il y a beaucoup d’humour et de tendresse dans ce film, et ceci associé avec l’horreur de la guerre et les mésaventures de Marjane rend le tout très touchant. La relation que Marjane entretient avec sa grand-mère est complice et attendissante. D’ailleurs, tous les personnages de la famille de Marjane sont attachants. Si vous n’avez pas encore vu ce film, je vous y encourage, car il est excellent!

Persepolis reçu de nombreux prix en France et à l’étranger, dont le prix du Jury du Festival de Cannes en 2007.

Vous pouvez trouver la bande annonce sur allociné, et pour plus d’informations n’hésitez pas à consulter le site officiel.

Il existe aussi une version bande-dessinée en 4 tomes de l’histoire de Marjane Satrapi, qui fut publiée avant la création du film.

Vous avez vu ce film? Laissez vos impressions en commentant en bas de la page!

Jérôme Laizin

3 thoughts on “Persepolis (film)

  1. J’ai adoré ce film ! Je crois que je l’ai vu une centaine de fois tellement je le connais par coeur 🙂 Vraiment magnifique, émouvant, en un mot INCONTOURNABLE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.