Métier Réalisateur cinéma

Devenir un réalisateur ne peut se faire par accident ou par coup de chance comme cela peut être le cas pour le métier d’acteur. S’engager dans cette voie, c’est ne pas savoir à l’avance où vous allez arriver. Je vous propose dans cet article de vous présenter la spécificité du métier de réalisateur de cinéma (réalisateur de télévision n’étant pas la même approche) en France.

Par où commencer ?

S’il y a bien des acteurs qui s’essaient avec succès à la réalisation, la majorité des réalisateurs ont commencé par une école de cinéma. L’apprentissage « sur le tas » se fait de moins en moins fréquemment, car le cinéma est une industrie qui répond de plus en plus à des objectifs économiques, sociaux, voire politiques.

Voici donc quelques écoles de cinéma pour vous repérer dans la jungle de propositions que vous offrent le net :
– La nouvelle école voulue par Luc Besson, l’école de la cité, une des rares à être gratuites avec admission sur sélection. Hébergée à la cité du cinéma en Seine-Saint-Denis proche de Paris.
ESRA (École supérieure de réalisation audiovisuelle) à Paris, Nice, Rennes et New York. Il s’agit d’une des écoles de cinéma les plus anciennes avec l’ESEC.
ESEC (École supérieure d’études cinématographiques) qui s’est récemment ouverte aux métiers des médias.
– La Femis, l’école européenne du cinéma. Elle a été restructurée et son budget, donné entre autres par le Conseil Européen, est un des plus conséquents.
ENS Louis-Lumière (École nationale supérieure) qui vient d’emménager en 2013 à la nouvelle cité du cinéma de Luc Besson. Probablement une des plus connues et reconnues, l’une des premières créées en France.

Les formations dans ces écoles durent d’un an à 3 ans et peuvent être gratuites (l’école de la cité) ou coûter jusqu’à un SMIC par mois… D’autres écoles existent qui ne demandent qu’a êtres testées, citées ou connues, mais comme pour toutes les écoles, il est nécessaire de faire une recherche sur leur expérience, leurs anciens élèves et leur qualité d’apprentissage. Attention ! Entrer dans une école de cinéma ne veut pas nécessairement dire devenir réalisateur, de nombreux métiers divers peuvent être enseignés tels que chef opérateur, scénariste, etc.

Le niveau d’étude recommandé est souvent un bac+2, peu importe le type de bac, même s’il s’agit souvent d’un bac littéraire. Certaines écoles ont des critères de sélections drastiques, il est donc important de vous y préparer.

Pour ma part, j’ai commencé par réaliser des courts-métrages amateurs avant d’évoluer peu à peu de stagiaire à des postes de techniciens. Même si l’apprentissage sur le tas se fait de plus en plus rare, il est encore possible de s’y faire un nom, beaucoup des réalisateurs ont été assistants avant de percer.

Quel est le salaire d’un réalisateur de cinéma ?

Généralement, le réalisateur a le même salaire que le technicien le mieux payé sur le plateau ou un salaire équivalent à l’acteur principal. Cela équivaut à 300€ minimum jusqu’à une moyenne de 1200€ par journée. Certains salaires atteignent 30 000€ par jour si vous vous appelez Dany Boon, Jean Dujardin ou autre top bankable du cinéma français.

Néanmoins avant de rêver à votre future richesse, revenons à la réalité et au contexte. Un réalisateur enchaîne rarement plus d’un film par an, le reste du temps, il écrit son film (s’il est aussi auteur-scénariste) ou il le réécrit. Souvent, il n’a pas idée d’où cela le mènera, car il faut qu’il transforme cette simple idée en un projet convaincant. Le réalisateur passe donc beaucoup de temps à courir après les producteurs pour financer son film (sauf en cas de commande), à effectuer la préparation active du tournage (casting, tests, essais…) et éventuellement, si le budget du film le permet, à en faire la promotion.

La situation du réalisateur peut rapidement sombrer dans une précarité délicate, car il n’est pas rémunéré hors des jours de tournage. Pour pouvoir vivre à côté des tournages, les réalisateurs acceptent souvent des petits boulots : filmer des mariages, la captation, etc. Néanmoins, le réalisateur partage généralement avec le producteur les parts de recettes du film. Selon les clauses du contrat, c’est forcément plus avantageux si le film est un succès au box-office (à partir d’un million d’entrées en France). Le partage des recettes s’effectue également avec les acteurs principaux et le producteur prendra une part bien supérieure au réalisateur et aux acteurs.

Quel statut professionnel pour un réalisateur ?

Généralement, un réalisateur est un intermittent du spectacle. Il peut aussi être en profession libérale ou chef de son entreprise.

Un réalisateur en tournage, ça ressemble à quoi ?

Il est important de connaitre tout ce qui est relatif au droit du travail, aux autorisations de tournage tout autant que le producteur. C’est le réalisateur qui dirige tout ce petit monde, ainsi que le plateau avec ces risques, contraintes et aléas. Si l’horaire le plus courant pour un tournage est 8-9h à 18h-20h, il n’est pas rare que les horaires soient irréguliers et que certaines scènes soient tournées de nuit.

Un tournage prend du temps, il faut être conscient que pendant quelques mois, vous allez voir la même chose, parler de la même chose, et en avoir un peu marre de votre film. Chaque tournage remet votre carrière en question ainsi que vos capacités. À ce jour, tout le monde a accès à l’image, il suffit d’une caméra pour s’improviser réalisateur (téléphones portables, tablettes numériques, appareil photos…). La concurrence en tant que réalisateur est donc aussi rude que pour les acteurs. Il est important de mettre en avant vos qualités : l’autorité, la patience, le sens de l’organisation, la créativité, la réactivité, la gestion du stress, l’esprit d’équipe, la pédagogie, etc.

À savoir

– Un premier film pour le cinéma se réalise généralement avant la trentaine en France.
– Très peu de réalisateurs travaillent à l’étranger.
– Un réalisateur de cinéma jonglera entre des budgets d’un à 3 millions d’euros jusqu’à 15 à 20 millions d’euros.
– Un réalisateur français ira rarement tourner un film aux USA et inversement. Cependant son film peut se voir adapter et peut-être sera-t-il, alors, appelé à participer au projet.
– Les femmes réalisant des superproductions (film à gros budget) sont moins de 5 dans l’industrie du cinéma mondial.

En conclusion

Le réalisateur est un des pivots d’un tournage. Beaucoup d’appelés pour peu d’élus, c’est de plus un métier qui ne s’improvise pas. Avoir un diplôme est un plus, le talent est décisif, la patience est incontournable et la volonté obligatoire. Réalisateur est un métier de convictions, de passionnés, fait de rencontres, oscillant entre l’art et la technique, entre l’industrie et l’unique.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter : comment-se-comporter-sur-un-plateau-de-tournage, et surtout à vous rendre sur un plateau de tournage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.