Man Of Steel

Ça y est, nous entrons dans la période estivale des blockbusters ! Les superproductions américaines avec des budgets tels qu’ils pourraient résoudre la faim dans le monde. Cela avait commencé doucement avec After Earth pour monter en puissance avec Star Trek Into Darkness. Et c’est Man of Steel qui ouvre véritablement le bal ! Et rien ne dit que quelqu’un d’autre sera capable de surpasser cette ouverture tonitruante en fanfare de l’homme d’acier.

Superman-Man-of-Steel-2013-Movie-Wallpaper-HD

Les effets spéciaux sont constants, parfaits, ininterrompus de la 2ème image jusqu’à la dernière. Clark Kent – qui ne deviendra journaliste au Daily Planet que dans les dernières secondes du film – a peur, il pleure de chagrin, rit de ses propres vannes, hurle de colère, un Superman humain malgré les reproches fait à ce sujet. La 3D est bonne, ce n’est pas Avatar, mais je trouve important de le préciser, car obtenir une 3D potable lors de plans mouvants est difficile et ce n’est pas ce qui manque ici, donc n’ayez donc aucune crainte d’aller le voir avec les lunettes.

Man Of Steel est le plus cher des Superman, avec un budget colossal de 225 millions de dollars, plus coûteux encore que le précédent mais c’est hautement justifié. Man of Steel est aussi le plus sombre – on s’en doute avec Nolan en producteur – le plus complet et le mieux réussi. C’est juste dommage que ce ne soit pas celui ou il y ait le plus d’humour. L’association de Christopher Nolan (Batman trilogie) à la production et Zack Snyder (300, Sucker Punch, Watchmen) à la réalisation semble à première vue curieuse, car ce sont tous deux de fortes personnalités artistiques, mais les doutes sont très vites balayés. Zack Snyder à toute liberté de s’amuser avec l’image comme il sait si bien le faire et Christopher Nolan, de donner une profondeur nécessaire à l’ensemble.

Ceux qui ont connu la série télévisée Smallville, comme moi, ou qui auront connaissance de divers versions de l’homme à la cape rouge, trouveront que les 2H20 du film passent un peu vite. Par exemple, Superman apprend à voler en 3 bonds, éclipsant totalement le fait original que Superman est un des rares superhéros avec Wolverine à avoir le vertige. Il apprend aussi tout sur ses origines en 5 minutes et en une scène. Superman n’a plus de slip rouge, cela fera donc une moquerie en moins, mais son costume est le plus moulant de toute l’histoire de la collection. Oublié le précédent film Superman, l’acteur qui l’avait incarné en 2006 est toujours aussi inconnu qu’à l’époque, et ce nouveau épisode le relègue aux tréfonds de l’oubli. Tous les acteurs imposent par leur charisme sauf peut-être Zod qui aurait été à mon goût plus terrifiant sans sa petite barbichette qui lui pousse sur le menton à son arrivée sur Terre.

Pour la première fois, on voit Crypton en image, dans une version détaillée, vivante jusqu’à assister à sa destruction. L’univers de Superman est riche et complexe, les bases les plus importantes sont posées dans ce film reboot avec les personnages cultes, l’aspect visuel défini, les tenues et tout le mythe qui gravite autour de l’homme de fer dans le comics. L’homme au S se faisait vieillissant, il y a du renouveau et de la fraîcheur, ne serait-ce que dans le titre, et cela insuffle globalement une nouvelle jeunesse au personnage. L’histoire s’enchaîne facilement, avec fluidité, même en adaptant des petites choses et en les imbriquant dans la mythologie du super héros. Aucune allusion au film Justice League (film prévu, mettant en commun des superhéros dont Superman et sur lequel les studios fantasment depuis le succès du studio concurrent Avengers).

Les gens meurent par milliers, on le devine, et même le grand Superman affaibli face à ses ennemis malgré l’absence de cryptonite, ne peut tous les sauver. Les bâtiments sont détruits comme des châteaux de cartes dans le vent et les voitures qui apparaissent ne sont là que pour être supprimées. La tension monte peu à peu jusqu’au combat final. Et quel final ! Je n’avais pas vu un tel combat depuis Matrix 3 ! Et Superman affrontant Zod surpasse peut-être Néo affrontant Smith. C’est encore un peu trop frais dans mon esprit, il faut laisser le temps agir, infuser, c’est comme cela que je fonctionne avant que je me prononce avec un avis plus tranché.

man-of-steel-superman

Je n’ai que quelques réserves et elles sont minimes. Le film manque d’érotisme. Zack Snyder le réalisateur en avait mis beaucoup dans son film 300, ici il n’y en a aucun. Il faudra uniquement se contenter d’Henry Calvill torse nu. Pas un seul petit plan vicieux alors que pourtant avec un mec en collant hypermoulant il y avait matière ! Pas de nudité suggéré, beaucoup trop sage à mon goût ! Bon ça ne gâche pas le film, hein mais tout de même je trouve sérieusement utile de dénoncer le puritanisme américain. Ma 2ème réserve concerne les militaires. Les superhéros sont, par définition et par principe, souvent affiliés aux militaires. Ils agissent lorsque l’armée est impuissante car composée de gens comme vous et moi qui n’ont pas de supers pouvoirs et qui ne peuvent plus compter que sur un super héros pour sauver le monde. Certes, mais les militaires sont très militaires, héroïsme américain surfait, répliques militaristes, mise en avant de leur grande et puissante armée même si elle se fait laminer… Jamais autant de militaires n’apparaissent à l’écran dans un film de superhéros qu’ici dans Man Of Steel. Même dans les Iron Man, il y en a moins et pourtant, l’homme de fer qui n’est pas un homme d’acier (vous me suivez toujours ?) est directement lié à eux puisque vendeur d’armes. Donc trop c’est trop. Quant à l’humour, juste un peu plus ne m’aurait pas déplu et n’aurait pas fait de mal à cet univers certes coloré mais sombre.

Henry Cavill, inconnu du grand public en Europe, est apparu dans plusieurs films dont le très mauvais Immortels et a raté de grands rôles de très peu, tels que James Bond ainsi que Batman, avant de décrocher le rôle du superhéros suprême. Sa musculature impressionnante fait de lui l’acteur le plus imposant physiquement en tant que Superman. Michael Shannon n’est pas le méchant le plus convaincant de films de superhéros. Il est loin derrière un Heath Ledger en Joker ou encore un Tom Hardy en Bane mais il remplit tout de même le job. Il se fait un peu voler la vedette par l’actrice Allemande Antje Traue interprétant diablement bien le rôle inquiétant du commandant-second de Zod. Russel Crowe est le meilleur Jor El que l’on ait pu voir et le père de Superman le plus présent physiquement. Il donne une leçon de charisme à tout ceux qui apparaissent à ses côtés. Son duo avec Ayelet Zurer alias Lara-Lor Van s’inquiétant pour le futur de son enfant Kal-El qui sera renommé Clark par sa famille adoptive sur Terre, fonctionne bien. Amy Adams n’est pas la plus jeune des actrices Loïs Lane mais cela n’est pas une tare, elle assure son personnage de journaliste fouineuse et petite amie de Superman avec succès. Kevin Costner apparaît peu à l’écran mais le jeu complexe et peu souriant de son personnage, Jonathan Kent, lui convient et prend à mon sens plus de place que Diane Lane qui pourtant se montre plus souvent et souriante en Martha Kent. Laurence Fishburne alias Perry White qui à son apogée fut le grand Morphéus dans Matrix est ici aussi transparent que dans ses derniers films.

Man Of Steel est à voir, ne serait-ce que pour Superman menotté, poilu, torse nu, pour ses scènes d’actions incroyables, pour s’amuser et se détendre devant. C’est à mon sens la superproduction de l’année ou au moins du moment. Quelques adjectifs supplémentaires pour définir Man Of Steel : impressionnant, surprenant, audacieux, magnifique ! Un grand film du genre super héros. La franchise est belle et bien relancée, on est d’ailleurs en attente du 2, déjà confirmé. En plus de cela, Man Of Steel est un succès critique presse, spectateurs, et professionnels ainsi qu’un succès commercial sans conteste. Le budget du film a été remboursé en moins d’une semaine !

Bande annonce – Man Of Steel

Man-of-Steel-130425-01

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.