Love & Friendship

Malgré son veuvage et l’éducation de sa fille, Lady Susan Vernon a le temps de déclencher quelques guerres de commérages et quelques petites rumeurs pour être sûre de décrocher le meilleur mari et surtout le meilleur héritage possible.

Image - Film - Love & Friendship

Je suis tombée un peu par hasard sur le film Love & Friendship grâce à une amie qui m’a juste dit « film de costume » et « adapté d’une nouvelle Jane Austen ». Aimant particulièrement les films d’époque en costume, je n’ai pas vraiment cherché plus loin, je m’attendais donc à une histoire d’amour très commune et peu novatrice. Et pourtant ! Quelle surprise de découvrir une histoire d’époque mettant en avant une femme intelligente qui trompe son monde et particulièrement les hommes de son entourage.

Ébahis par le culot de Lady Susan Vernon, on est pris de surprise, mais on passe rapidement du rire choqué au grand fou rire. Lady Susan Vernon, jouée par Kate Beckinsale (Underworld) que j’ai mis du temps à reconnaître, est le genre de femme qu’on détesterait dans notre entourage. Cependant, c’est avec joie et satisfaction qu’on la découvre manipulatrice dans ce film. L’hypocrisie est de mise et ce n’est que quand elle rencontre son amie Alicia Johnson, jouée par Chloë Sevigny, que les masques tombent et que le mépris envers ses pairs s’affiche. Même si l’on plaint l’entourage du personnage principal qui essaye tant bien que mal de résister à cette tornade, on ne peut être qu’impressionné devant sa facilité à se jouer de ces idiots coincés.

En plus de l’histoire plutôt sympathique, la présentation est très kitch mais d’une façon plutôt ironique et satirique ; les décors sont superbes et les acteurs ont l’air de bien s’amuser. Bref, un très bon film drôle sur une femme insoumise qui s’émancipe. Ça fait du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.