Les débutantes

Celia, Bree, Sally et April partagent le dernier étage du campus de leur fac. C’est l’envol vers le monde des adultes, elles quittent leurs parents, leurs mondes connus pour étudier à Smith, une fac pour femmes.

Les débutantes - Courtney Sullivan
Entre récits d’adolescentes assez vus et revus, qui m’a beaucoup fait penser à la série Quatres filles et un jean, et étrangement, des sujets assez graves comme le viol, les relations familiales, l’homosexualité, le féminisme, etc, Les débutantes est un roman impossible à classer. On passe de personnages assez stéréotypés, le début très cadré, sans réellement de surprises, à des moments de suspense, des évènements auxquels on ne s’attendait pas. Les personnages pris séparément sont très décevants, ils n’ont pas d’âmes, pas de réelle psychologie. Mis ensemble, étonnamment, Celia, Sally, April et Bree nous semblent plus consistantes, plus réelles.

Les débutantes racontent la rencontre à l’université pour femmes de Smith, Celia, la catholique délurée, Bree la jeune fille de bonne famille fiancée, April la féministe militante et Sally la jeune fille discrète et rationnelle. Elles ont toutes choisies d’étudier à Smith pour différentes raisons : la peur  de quitter ses parents pour se retrouver entre filles, les choix militants de la fac, un choix de dernier moment, une tradition familiale… Ce qui est intéressant dans ce roman c’est la manière dont l’histoire est racontée, on part du milieu pour raconter les souvenirs, flash-backs, et ainsi ensuite revenir dans le présent et continuer l’histoire.

Le livre est un peu long à démarrer, mais quand l’histoire s’attache à décrire le personnage d’April, que j’ai trouvé plus complet et intéressant que les autres, le récit devient prenant. Les autres filles racontent leurs histoires mais elles tournent autour de leurs relations qui, comme elles ont grandi, ne sont plus forcément aussi soudées qu’avant et donc beaucoup moins stéréotypées. On découvre ainsi les opinions qui se crééent avec le contexte familial, la difficulté à penser autrement, à se mettre à la place des autres, notre besoin légèrement égoïste de penser que nos problèmes sont plus importants que ceux des autres. Courtney Sullivan décrit ainsi beaucoup mieux les relations humaines, et on apprécie son roman.

Je vous conseille ainsi Les débutantes un roman sympathique, un peu long au début mais qui gagne en qualité au fur et à mesure des pages. Et puis la fin est assez surprenante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.