Les Animaux fantastiques

Norbert Dragonneau arrive aux Etats-Unis la valise illégalement pleine de créatures magiques. À la suite d’une accumulation de malchances, celle-ci est ouverte et ses occupants décident de se faire la malle créant la panique dans New York !

Image - Les animaux fantastiques - Cinéma

Quelle joie de retrouver dès le générique la petite musique de la saga Harry Potter qui a le don de nous faire frissonner dès les premières notes ! Quelle joie de retrouver sorciers et sortilèges, créatures saugrenues, transplanage, porte dérobée et autres bizarreries magiques. Néanmoins, il est important de garder une chose en tête, nous ne sommes pas dans un Harry Potter et Les Animaux fantastiques ont un peu de mal à tenir la comparaison.

L’histoire se déroule à New York dans les années 20 dans des décors incroyablement bien retranscrits, dans un contexte de chasse aux sorcières. Alors qu’une créature sème la panique en ville, Norbert Dragonneau, magizoologiste de son état, accoste à Manhattan avec une mallette remplie de créatures magiques. Légèrement maladroit, il l’échange avec celle d’un Moldu (Non-Maj pour les américains) qui malheureusement l’ouvre et laisse échapper les animaux qu’elle contient.

Pleine d’humour et de petites scènes de la vie des sorciers, la première moitié du film est hilarante, attachante et nous ancre très facilement dans cette nouvelle facette du monde de J.K. Rowling. La suite change de registre et la nouvelle créature terrifiante, très semblable aux détraqueurs de la saga originelle, nous file quelques frissons grâce aux effets spéciaux spectaculaires.

Quelques réticences néanmoins : les personnages principaux peinent à convaincre, surtout Norbert assez effacé, on préféra le Non-Maj, présent au mauvais endroit au mauvais moment et dont l’émerveillement est communicatif. Les non lecteurs de la saga auront aussi du mal à comprendre l’histoire du nouveau mage noir, Grindelwald, car contrairement à Voldemort, il n’est pas présenté ou évoqué avant, il est donc difficile de le craindre et d’en faire un méchant fort. Enfin, la fin, happy-endesque, est un peu trop facile à mon goût.

Les Animaux fantastiques reste, cependant, un très beau film qui nous replonge avec plaisir dans notre monde magique préféré et développe même son histoire. Un film à découvrir pour petits et grands Moldus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.