Le Hobbit – La Bataille des cinq armées

La trilogie Le Hobbit raconte l’histoire de Bilbon Sacquet, jeune hobbit parti à l’aventure avec une compagnie de nains, dans le but de les aider à reconquérir leur royaume.

Le second volet se terminait sur l’envol de Smaug, l’inquiétant dragon, vers le village de Bard (Luke Evans). La Bataille des Cinq armées, épisode final de la trilogie, commence par l’intrigue liée au dragon, mais qui ne dure malheureusement qu’une dizaine de minutes. Et même si, la scène en vaut le détour, cela laisse un goût amer surtout lorsqu’on a patienté pendant un an et que le film enchaîne aussi rapidement sur autre chose.

Deux heures et dix minutes sans compter le générique, La Bataille des Cinq armées dure aussi longtemps que les autres films du Hobbit mais est plus courte que les films du Seigneur des anneaux. Il semble intéressant de comparer les deux trilogies, puisqu’elles ont toutes les deux étaient tournées par Peter Jackson. Le Seigneur des anneaux ayant rapporté 3 milliards, il semblait évident qu’il était le mieux placé pour réaliser Le Hobbit.

Pourtant, un autre réalisateur de talent avait été en lisse pour Le Hobbit, Guillermo Del Toro (Hellboy 1 & 2, Le Labyrinthe de Pan, Pacific Rim) qui avait d’ailleurs commencé à écrire une grande partie du scénario. Même si son nom avait été plutôt bien accueilli par les fans, des problèmes d’entente entre lui et les studios de production explique son retrait du projet. Mais, en voyant les 3 films du Hobbit, prequel du Seigneur des anneaux, on ne peut que confirmer que seul Peter Jackson aurait pu réussir à en faire quelque chose d’aussi attirant et égal que le Seigneur des anneaux.

Le Hobbit reste cependant délicat à percevoir dans son ensemble et ses enjeux. L’histoire originale du livre a été étirée, alourdie, et quelque peu remodelée. Cela peut déstabiliser le lecteur et le fan, même si les grandes lignes ont été respectées. Le film se différencie du livre et amène certaines belles trouvailles.

Par exemple, c’est avec plaisir que l’on retrouve dans Un Voyage inattendu et dans La Bataille des Cinq armées, le personnage de Galadriel, dame de Lorient, jouée par Cate Blanchett, toujours impressionnante de charisme dans ce rôle. Malheureusement, c’est aussi le cas de quelques lourdeurs scénaristiques, notamment l’histoire d’amour légèrement fleur bleue entre la belle elfe Evangeline Lilly (Lost) et le nain Aidan Turner. Histoire non présente dans le livre, c’est original, mais à quelques égards un peu lourd. Le seul avantage est de renforcer la présence d’Orlando Bloom qui ne semble pas du tout être affecté par le temps, même 10 ans après le Seigneur des anneaux. On le retrouve avec plaisir dans son rôle de Legolas, pas encore émancipé de son père et de sa tribu et n’appréciant pas encore les nains.

THE HOBBIT: THE BATTLE OF THE FIVE ARMIES

Les combats sont toujours aussi dantesques, grandioses et sublimes, même si après le Seigneur des anneaux, nous ne sommes plus aussi surpris. De nouvelles créatures de l’univers de Tolkien font leur apparition et les armées dirigées par des chefs montés sur des animaux en tous genre gardent une certaine élégance.

La fin arrive malheureusement trop vite. Si dans le Seigneur des anneaux, elle était interminable, elle est ici bâclée et bouclée à la va-vite. Impossible de savoir ce qui arrive à la majorité des personnages, qui, pourtant, ne réapparaîtrons pas dans le Seigneur des anneaux. Une seule scène fait la connexion entre le Hobbit et le Seigneur des anneaux, mais Frodon présent dans le premier volet, a ici disparu. Et même le générique est un peu en deçà de l’œuvre filmographique première.

Un autre défaut est à relever, dans le Seigneur des anneaux, Bilbon Sacquet est joué par Ian Holm, acteur plus âgé, alors que dans le Hobbit, c’est Martin Freeman qui l’incarne. Ce n’est certes qu’un détail, mais dommageable tout de même lorsque l’on sait que Peter Jackson avait envisagé dès le départ de faire un prequel à son Seigneur des anneaux. Lorsque le projet de la trilogie Le Hobbit en était à ses balbutiements, une rumeur voulait que le 3e film soit un film distinct censé faire la liaison entre ces 2 œuvres. Cette rumeur a été vite démentie, mais cela aurait peut-être permis une fin plus décente.

Globalement, j’ai apprécié la nouvelle trilogie du Hobbit. Mes épisodes préférés étant d’abord La Bataille des Cinq armées et ensuite Le Voyage inattendu notamment pour la scène de bataille de pommes de pin. Le second volet est bon également, mais l’attente du dénouement avec l’histoire du dragon m’a laissé sur ma fin. Les araignées m’ont aussi déplu, voire fait peur, même sans être arachnophobe. Il m’a fallu un petit moment pour me faire aux gobelins virtuels et aux loups, qui ont été retravaillés visuellement pour un aspect plus propre. Ce volet manquait aussi d’affrontements, notamment si je compare avec le Seigneur des anneaux et son deuxième volet. Une version longue est prévue pour chaque film, à voir… même si je trouve déjà qu’il y a certaines longueurs de trop dans chaque film du Hobbit.

L’acteur Richard Armitage, méconnaissable en Thorin, est sans aucun doute la révélation de cette trilogie, il n’était jusqu’à ce jour que brièvement apparu dans diverses superproductions. Quant à Martin Freeman que l’on avait pu apercevoir entre autres dans Hot Fuzz ou dans la série télévisée Sherlock, il n’avait plus grand chose à prouver et relève ce rôle très haut la main.

The-Hobbit-The-Battle-Of-The-Five-Armies-Teaser-Trailer-Screencaps-the-hobbit-37380572-1366-564

Si l’humour est – légèrement – plus présent dans cette trilogie que dans celle du Seigneur des anneaux, c’est malgré tout dans cet épisode du Hobbit : La bataille des cinq armées qu’il y en a le plus, entre autres grâce au personnage antagoniste d’Alfrid (Ryan Gage) qui se couvre de ridicule avec style…

Plusieurs personnages du Seigneur des anneaux originalement non présents dans le livre Le Hobbit apparaissent sans contredire l’histoire puisque se sont principalement des immortels (Galadriel, Elrond, Saroumane). J’aurais souhaité revoir Viggo Mortensen en Aragorn, mais il avait déclaré ne pas avoir été rappelé. Et même si on ne sait toujours pas pourquoi, il est tout de même cité dans le film.

En 2001 sortait le premier film du Seigneur des anneaux, ce dernier film du Hobbit vient clore l’aventure… définitivement ? Il y a toujours de l’espoir, car les livres de Tolkien sont nombreux et son monde très riche. Cependant, Peter Jackson va à présent réaliser les films d’animation Tintin et l’on sait que les principaux arcs scénaristiques du Seigneur des anneaux ont déjà été traités. De plus, si la trilogie du Hobbit reste globalement réussie, le Seigneur des anneaux est infiniment loin devant.

La trilogie du Hobbit restera sans aucun doute dans l’histoire du cinéma :
– comme l’un des films les plus chers de tous les temps, au niveau production et distribution (près de 600 millions de dollars pour les 3 films),
– car il fait « suite » au mythique Seigneur des anneaux (qui fut lui aussi à l’époque, avec Matrix 2 & 3, un des films les plus chers),
Mais restera toujours dans l’ombre qualitative de son grand frère Le Seigneur des anneaux, qui, lui, frôle la perfection.

Même si la rentabilité financière de cette récente trilogie devrait surpasser la précédente (puisque par exemple ce troisième volet a été remboursé au box-office en 8 jours), ce n’est pas le cas des récompenses, car rappelons que le Seigneur des anneaux fut une des séries de films les plus oscarisées de l’histoire.

Les avis sont partagés, alors faites-vous votre propre avis, et n’oubliez pas de revisionner les 2 films précédents avant de voir La Bataille des Cinq armées, car, oui, c’est un film à voir ! Ma note pour ce troisième volet et pour la trilogie en général : 4/5.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.