La fin de l’enfance

A moins de vivre coupé des réseaux de communications, personne ne peut ignorer qu’Harry Potter arrive à sa conclusion cinématographique ce mois ci. Le film est sorti le 13 juillet en France et les salles étaient bondés.

Je dois l’avouer, j’ai arrêté de regarder les films à partir du 4e opus, qui m’avait horriblement déçu. Mais j’ai décidé, pour marquer le coup, d’aller quand même voir Harry Potter et les reliques de la mort partie 2 hier. A ma grande surprise, le film est bon. En fait, il est même meilleur que le livre, dont la fin à la mords-moi le-noeud a brisé mon coeur de fan.

Pour ceux qui ne connaitrait pas l’histoire, Harry Potter 7, deuxième de ce nom commence avec la mort de Dobby, et Harry qui décide d’affronter Lord Voldemort en détruisant un à un les Horcruxes (morceaux d’âme de ce dernier qui se trouvent un peu partout dans le pays et dans des objets tout ce qu’il y a plus lambda). Ron et Hermione, comme toujours, l’assistent dans sa difficile tâche.

La réalisation est impeccable. David Yates s’est permis des libertés par rapport au livre qui explique et rendent plus vraisemblables la bataille Harry-Voldemort. Ce dernier est un grand méchant non dépourvu d’humour, ce qui le rend encore plus charismatique. En fait, curieusement, le film ne manque pas d’humour. Neville, qui est devenu très bien fourni de sa personne, se transforme en héros et nous gratifie de quelques scène hilarantes. On a quelques aperçus de la romance Ginny-Harry: je n’y ai jamais cru dans les livres, j’y crois encore moins dans les films! L’épilogue est également hilarant, parce que les acteurs ne ressemblent pas à des adultes 19 ans plus vieux, mais à  des gamins de 20 ans qui essayent de paraitre plus vieux. Et ça ne prend pas.

On a droit à un aperçu Je l’avoue, j’ai eu la larme à l’oeil quand Harry tient la pierre de résurrection et revoit tous ceux qui sont morts pour lui. Cette scène me rappelait le passage qui me semble être le plus poignant de l’ensemble des 7 livres, à savoir les deux derniers chapitres du 5e tome quand il parle avec Luna de leurs proches partis trop vite.

Au final un bon film qui vous captive du début à la fin, la fin d’une belle aventure. Je ne pense pas être la seule à faire partie de cette « génération Harry Potter », à avoir grandi avec les livres en attendant désespérément à 11 ans de recevoir une lettre de Poudlard. C’est plutôt triste de savoir qu’il n’y aura plus de soirée de sorties des nouveaux livres à WH Smith avec des gamins déguisés en sorciers, plus d’attentes horriblement longue pour savoir ce qui arrivera dans le prochain tome, plus de marée de magazines avec une hémoragie d’articles et d’interviews des acteurs du films, plus de sortie au cinéma attendue avec impatience pour savoir si cette fois l’adaptation aura massacré, ou pas, le livre.

Comme le dit si bien JK Rowling, Harry Potter n’est pas vraiment fini, après tout, les livres sont toujours dans nos bibliothèques, prêts à êtres réouverts, les DVDs sont toujours la eux aussi.

Au revoir Harry!