Gravity

Gravity est le film dont les twittos cinéphiles et la presse cinéma parlent depuis des semaines. Un casting choc, George Clooney / Sandra Bullock, une bande-annonce qui démarre sur les chapeaux de roue et une thématique qui n’est pas sans évoquer Félix Baumgartner et son plus haut saut en parachute. Le film tient en cinq mots : une femme, seule, dans l’espace.

Gravity Affiche

Le film aurait pu passer pour un bon film, s’il n’avait pas été avant tout un spectacle… Me trouvant actuellement en Bulgarie, j’ai pu voir le film en 4D, la salle de cinéma devenant ainsi, à elle seule, un spectacle à part entière. La « 4D », c’est donc un ensemble de quatre dimensions. Les trois classiques et la « quatrième dimension » qui se compose en fait d’un éveil aux sens avec des sièges qui bougent au rythme de l’action, un souffle de vent, de l’eau aussi, des éclairs et des odeurs.

Gravity était donc le film idéal pour découvrir la 4D au cinéma (on en a déjà tous eu plus ou moins une expérience avec des courts-métrages adaptés au Futuroscope notamment). Très clairement, le sentiment d’immersion est réel, on bouge avec George Clooney, on a le tournis avec Sandra Bullock. Rien à redire, c’est parfait, ni trop, ni pas assez. On pourra à peine reprocher le vent qui nous arrive sur le visage, qui semble incohérent, il n’y a pas vraiment d’air dans l’espace. Hormis cela, les sensations sont démultipliées.

Gravity est purement un film d’action à suspense et offre en cela des vues extraordinaires. On se souviendra notamment de cette phrase du personnage joué par Clooney où il invite sa partenaire à regarder un lever de soleil depuis l’espace ou encore toutes ces vues de l’espace et de la Terre qui font rêver le commun des mortels. Le suspense est haletant, chaque séquence est rythmée, un danger imminent se prépare à chaque instant et son arrivée est en général suffisamment subtile. Au niveau de l’action de l’histoire, tout serait parfait, si la fin ne venait pas tout gâcher offrant une facilité de scénario aussi déconcertante que plate.

Le film proposait cependant un fond qui permettait de donner une profondeur à l’histoire et aux personnages que le réalisateur ne semble pas avoir saisie. On aurait aimé en savoir davantage sur ces personnages, ce qu’ils faisaient dans l’espace, leurs rapports à la vie, à la mort (celle-ci n’est que brièvement évoquée par le personnage féminin à travers sa fille) et pourquoi ils agissent ainsi. Or nous n’avons qu’à peine le temps de comprendre qui ils sont (le film commence directement dans l’espace) que l’action commence…

Par ailleurs, certaines scènes semblent avoir été directement inspirées de cet album de Tintin « On a marché sur la Lune » dans lequel le Capitaine Haddock se trouve lui aussi à voler dans l’espace. Le clin d’œil n’est sûrement pas volontaire, mais si le traitement est différent, la conclusion est bien similaire et Baumgartner l’avait déjà fort bien dit l’an passé « Il faut monter très haut, pour comprendre à quel point on est petit. »

3 thoughts on “Gravity

  1. J’ai franchement bien aimé.
    Sandra Bullock décroche avec ce film le record de salaire reversé grâce au revenu d’un film avec 50 millions $ soit un salaire total de 70 millions $.
    Un succès colossal, pour le budget classique d’une super production américaine il fait mieux que la plupart des films de superhéros ou autre au box office atteignant presque les 1 Milliard de $, un rapport production rentabilité peu commun.
    Et avouons qu’il ne fait aucun doute que c’est grâce à tout cet ensemble – jeu acteur, réalisation – parfaitement cohérent.
    Que la vie vous berce.

    • Un budget , tout comme son succès au box-office n’a rien à voir avec la qualité d’un film. Ce sont des données qui ne peuvent être mises en relation de cause à effet.
      Je pense que le succès du film n’est pas tant dû à la réalisation qu’à ses facilités de scénario, son marketing, ses thématiques et son casting (réal et acteurs).

  2. Oui c’est vrai dans la majorité des cas je suis d’accord avec toi…
    Mais il est immédiatement plus complexe de faire de la qualité si le budget ne le permets pas, Gravity avec un budget de 10 fois inférieur cela ne donnerait plus la même chose ^^
    Une campagne marketing coûte de l’argent, pour en faire une aussi agressive que celle de Gravity il en faut beaucoup.
    Même si comme tu le dit cela à ses limites car ce n’est pas une garantie… Mais pour ce film le succès fut tan commercial que critique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.