Gatsby le magnifique

Nick Carraway, jeune écrivain, raconte sa rencontre avec un mystérieux millionnaire Gatsby, et les évènements qui ont suivi.

Gatsby Le Magnifique - Affiche

Entre histoire d’amour et critique de la société bourgeoise des années 20, Gatsby le magnifique de Baz Luhrmann apporte une vision très jazzy de l’époque. Comme dans Moulin Rouge, les décors, les costumes et les accessoires ont bénéficié d’un soin tout particulier : la  maison de Gatsby est superbe, sa piscine, ses jardins, ses meubles, son orgue, chaque détail est parfaitement agencé, son immense voiture jaune brillante au soleil, mais aussi la baie qui sépare sa maison de celle de son aimée, Daisy. On retrouve les points positifs qui ont fait le succès de Moulin Rouge, une bande son recherchée tout au long du film, et une façon particulière de filmer : flash-back, effets visuels, etc… Tout est kitsch certes, mais on adhère complètement. On réussit à entrer dans ce décor féerique presque irréel, et tout devient beau.

On n’a même plus besoin de dire de Leonardo DiCaprio qu’il est un bon acteur. Puisqu’il est tout simplement. Il incarne parfaitement ce Gatsby dandy, mystérieux, fou amoureux d’une Daisy, trop gentil pour un monde de brutes. Les autres acteurs jouent aussi parfaitement bien dans ce film, Tobey Maguire très différent de ses rôles grands publics, Carey Mulligan bien sûr mais aussi Joel Edgerton, très détestable dans son rôle de mari volage.

L’histoire est racontée par Tobey Maguire, écrivain dans l’âme totalement fasciné par son mystérieux voisin Gatsby. La rencontre avec ce millionnaire, lui montre un personnage sûr de lui, confiant, et l’image même de la réussite. Seulement, il apprend que ce Gatsby est totalement amoureux de sa cousine Daisy, triste en ménage. Il tente dans un élan romantique de les rapprocher et le personnage de Gatsby se transforme en jeune amoureux transi complètement paniqué. Son amour pour Daisy le pousse à montrer des visages totalement différents. Personnellement, je n’aimais pas Gatsby. Je le trouvais un peu fou, voire obsédé par cette jeune femme qui a réussi à faire sa vie sans lui. Et pourtant Baz Luhrmann arrive à bouleverser le film à la fin. C’est Daisy qui devient détestable et l’on plaint le pauvre Gatsby. C’est en cela que le film est réellement intéressant, il décrit l’amour de façon touchante et compréhensible. Mais il parle aussi d’essayer de s’intégrer, de se faire une place, dans un monde qui ne nous appartient pas. Un monde d’apparence mais où l’on n’oublie pas l’origine modeste des personnes. Le réalisateur arrive à rendre Gatsby imprévisible, on ne sait pas réellement comment il va réagir à chaque fois, et ce n’est qu’au terme du film que l’on cerne enfin le personnage.

Étonnamment j’ai beaucoup aimé ce film. J’avoue qu’au départ la bande annonce m’avait beaucoup attirée, mais l’histoire en elle-même pas vraiment. Mais la façon dont le narrateur, Nick Carraway, raconte l’histoire est superbe, les acteurs sont extras, et l’ambiance du film joue pour beaucoup dans cette atmosphère captivante.

Bande annonce – Gatsby le Magnifique

Gatsby le Magnifique - Image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.