Entretien: Felix de Malleray

 Félix m’a été conseillé par une connaissance commune. Ci joint son interview dans laquelle il expose ses photos et ses meilleures techniques pour réussir.

J’ai toujours été passionné par les infos et les images en général.  Ma mère m’a toujours appris à regarder les tableaux et je viens d’une famille de journalistes donc l’information m’a toujours énormément touché.

Rien ne m’émeut  autant qu’une photo qui est très forte dans l esprit, c’est sans doute se qui ma tourné vers la photographie en général: pouvoir marquer l’esprit des gens sur se qui se passe, transmettre une émotion captée au millième de seconde.
Je suis influencé par Henri Cartier-Bresson, Jim Natchwey, Capa, Huet, Doisneau, Evans, Man Ray, Diane Arbus.

J’aime beaucoup faire des portraits en studio et faire ressortir la personnalité du modèle, j’aime la photo animalière aussi.
J’ai choisi d’étudier la photographie à l’EFET car on atteint un  niveau technique très rapidement et on profite de l’expérience de grands professionnels. Les bon cotés, on apprend la photos avec de vrais pro et la pratique a une grande place, on n’est jugé que sur notre travail et non sur des notes théoriques. Le mauvais coté c est que ca « formate » notre façon de faire des photos, il y a moins de créativité et plus de technique.
De nos jours se lancer en autodidacte est extrêmement difficile, à moins d’avoir le soutien de  grands noms.
De plus, apprendre sur le tas c’est se former tout seul, et je trouve que les livres de photographie disent autant de bonnes choses que des bêtises et les techniques photos les plus avancées sont gardés précieusement par les pros. Étudier la photographie ça permet aussi de faire de l’argentique qui est la base de la photographie et qui permet vraiment de peindre avec la lumière car à la  moindre erreur c’est fichu. De nos jours on a pratiquement plus l’occasion d apprendre à développer et tirer ses photos soi-même.
Mes journées s’organisent entre les cours et les évènements se déréroulant en région parisienne. Dès que j’ai du temps libre, je vais faire des photos de manifestation, concert, architecture et studio.
Les points positif d’être photographe… A part aimer faire des photos y’en a pas beaucoup…
Il faut être  souvent à l’extérieur et devoir toujours s’adapter aux situations fait que c’est jamais la même chose. C’est un métier de passionnés. 
Les cotés négatif: aucun horaire, il faut être toujours disponible, la photo passant avant tout. Il n’y a aucun moment de répit car il faut être sur le plus d’évènements possibles. Des fois, on est traité comme un chien par des gens qui nous  insultent indirectement car on fait partie des medias.
Je suis en Canon, je possède actuellement deux reflex numériques avec deux objectifs différents (un grand angle et un télé-objectif) ça me permet de ne jamais être pris au dépourvu.
Des habitudes j’en ai pas vraiment. Il faut être 1h minimum à l’avance de l’heure prévue pour essayer de récupérer des accréditations, avoir de bonnes chaussures de marche et prendre la majorité de mon matériel avec moi.
Aux jeunes photographes, je conseillerais de manger de l’image le plus possible, mais des images de professionnels, pas celle des comptes facebook qui les 3/4 du temps ne vous apprendront rien. Allez sur le terrain, regarder comment les professionnels travaillent et maîtriser votre appareil photo en mode manuel car l’automatique c’est pour les touristes.
Pour devenir assistant…un jour, on m’a donné un numéro d’un photographe à qui j’ai téléphoné. Un jour il m’a testé puis apres il m’a conseillé à d’autres photographes, etc… En photo tout le monde se connait, donc on se fait vite une réputation et les contacts sont très importants, sans piston c’est extrêmement difficile.
J’ai trouvé un stage par un contact, mais j’ai dû le harceler pendant 6 mois avent de décrocher un rendez-vous, et pour faire des reportages, je me suis proposé a un petit journal avec qui je travaille de temps à autre. Actuellement la majorité de l’argent que je gagne, c’est en étant assistant et en répondant le premier aux offres qui passent.
Les pires galères que j’ai eu, c’était dans un squat. J’etais a berlin et je m étais dis que c était un sujet intéressant donc je me suis renseigné pour avoir des adresses. Sur place, j’ai parlé avec gens et tout se passait bien. Alors que j’avais demandé l’autorisation de faire des photos, je me suis retrouvé avec un couteau sous la gorge, histoire de me faire comprendre que je n’étais pas le bienvenu. Heureusement,  après avoir discuté ça s’est arrangé.
 
Une autre fois je me suis retrouvé au milieu d’un groupe de casseurs, j’ai du courir vite très, très, vite. C’était lors d’une manifestation.  Si on veut des bonnes photos, il faut allez là ou ça bouge. Il faut savoir que ceux qui sont les plus ciblés par les casseurs apres la police ce sont les médias, les photographes plus précisément, donc il faut toujours faire très attention quand on se retrouve dans des reportages à chaud.
Voila en gros le genre de galère qui peux arriver (et qui n’est pas rare).
Je suis encore jeune et débutant  mais un conseil que je peux donner c’est que, quitte à acheter du matériel, achetez directement du matériel de professionnel. Certes c’est cher mais vous ferez des économies car vous allez forcement devoir l’acheter un jour. Le plus important ce n’est pas le boîtier mais les objectifs. Un appareil photo ça a actuellement 4 ans de durée de vie maximum car il faut sans cesse être a la pointe de la technologie alors que les optiques vous les garderez (presque) à vie en y prenant soin.
Je ne vis pas encore de la photographie mais je commence à confortablement arrondir les fins de mois et j’ai bon espoir de pouvoir ouvrir mon entreprise d’ici la fin de mes études.
En photo il n’y a pas d’agent. Ce qui s’en rapproche le plus, c’est  les agences de presse qui peuvent donner des petits boulot de pigiste, il faut donc être inscrit dans plusieurs agences pour vivre en prenant tout les petits jobs qui passent, car il y a très peu de salariés dans le monde de la photo (c’est de l’ordre des 8%).
Les bonnes adresses pour le matériel de photographie: y en a 3 en tout « Objectif bastille » (meilleure adresse pour le gros matériel, boitier,objectif, flash professionnel, reflex premier prix à 1000€, idem pour les objectifs) ensuite « Cirque photo » (plutôt les consommables, sac,carte,accessoire) et « Profoto » (spécialiste du matériel de studio). Bien sûr, ce sont des boutiques professionnelles donc les prix sont au rendez vous, mais ca reste bien moins cher que la Fnac.
Tous les appareils sont bons mais quand on travaille il y a un minimum à avoir. En Canon c est le 7D, je ne m’y connais pas assez en Nikon pour avoir un avis.
Le glamour du photographe professionnel qui voyageait et gagnait beaucoup d’argent, c’est fini depuis quelque temps. Maintenant le métier est très difficile, alors a moins d’être obstiné et convaincu de ce qu’on fait, ça ne sert a rien d’essayer.
Je sais que c’est pas très encourageant mais si ça peux rassurer, moi je m’éclate et pour rien au monde je changerai de voie.
Retrouvez Félix sur  Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.