Captain America the winter Soldier

Captain America affiche

Je n’ai pas apprécié le 1er Captain America, qui semblait être un film que l’on nous refourgue en vitesse pour nous présenter un nouveau superhéros avant LA superproduction Avengers. Je le place au même niveau que Thor 1 et Thor 2 c’est-à-dire pas très haut. Alors pourquoi ai-je été voir le deuxième volet ? La bande annonce m’avait attiré et aucun autre film du genre n’était actuellement au cinéma. Même si les critiques sont élogieuses, elles l’étaient aussi pour le premier volet que je n’avais pas aimé. C’est donc avec une certaine réticence que je suis allé le voir. Réticence rapidement éradiquée.

Complots, philosophie, réflexion, traîtrises, politique, conspirations… Captain America 2 est à mon sens le film de superhéros de la collection Marvel le mieux écrit et le mieux ficelé scénaristiquement à ce jour. Tout colle parfaitement, du début à la fin, que se soit sur ce film ou les liens avec les autres films de la collection. Incroyable qu’une si grande différence existe entre un premier film et un second ! Certes, on a changé de réalisateur, augmenté le budget, mais ce sont les mêmes producteurs et les mêmes scénaristes. Alors pourquoi ce changement ? À mon sens la préparation du film a été plus longue, ce qui a permis une réelle réflexion pour le développer, tout comme le fait qu’on essaye de faire mieux que les autres Marvel.

Les effets spéciaux (certes quelques fois inégaux) sont très bons, et nous en mettent plein la vue avec des scènes d’actions très efficaces et pourtant pas aussi prétentieuses que dans Avengers par exemple. Les scènes de combats sont variées (à 1 contre 10 ou en face à face), et très bien chorégraphiées. Les dialogues sont percutants et l’humour est au rendez-vous malgré l’impact dramatique et sombre de l’histoire. On s’aventure un peu plus dans l’histoire du premier superhéros Marvel, sa psychologie, ses peurs, ses idées. On touche ici aux raisons qui font qu’un Homme décide de se battre pour une cause de façon volontaire. Steve Rogers (Captain America) étant un des rares héros de l’univers Marvel à être devenu combattant par choix.

Les réalisateurs, qui sont frères, Anthony et Joe Russo n’avait pourtant jamais réalisé de film de ce type auparavant et sont vraiment à la hauteur de ce défi. À tel point qu’il seront rappelés pour le 3e qui sera alors la phase 3 des films de cet univers. Pour une compréhension rapide, voici une explication des phases : il y a eu la phase 1, avec les premiers volets de Thor et d’Iron Man ; la phase 2 dont fait partie ce film et à venir la phase 3. Chaque phase se passe à une époque spécifique. La phase 1 avant le film qui réunit les superhéros Avengers ; la phase 2 après le film Avengers et avant le prochain film Avengers Age of Ultron puis la phase 3 à venir qui se passera après celui-ci.

Chris Evans porte très haut ce super-héros qu’est Captain America, très apprécié par les fans en particulier américains. Si sa nomination au casting lors du premier volet avait porté à débat, il est aujourd’hui évident dans ce rôle. On pourra ainsi le voir revêtir son costume original, développer des relations d’amitié, se poser des questions existentielles etc… Un plaisir. Scarlett Johansson développe son rôle de Natasha Romanoff, pourtant secondaire, ce qui lui réussit bien – voire mieux – que dans les précédents films de la collection dans lesquels elle apparaît Iron Man 2 et Avengers. Le faucon, interprété par Anthony Mackie (8 miles, She hate me, Million dollar baby…), porte à bout d’aile son personnage de Sam Wilson, enfilant son exosquelette volant et devenant ainsi un soutien important de Steve Rogers. Un personnage voué sans aucun doute à se développer. Sébastien Stan qui jouait le rôle du meilleur ami de Captain America dans le premier volet est de retour en tant que Soldat de l’Hiver, super-méchant mitigé, mais qui remplit son rôle. Pourtant, l’histoire est si riche qu’il n’est nullement besoin de se concentrer que sur lui. Ce qui démontre aussi la réussite de ce film puisque, généralement, seul le super-méchant compte dans un film de super-héros. Cobie Smulder en agent du S.H.I.E.L.D. proche de Nick Fury apparaît plusieurs fois brièvement, mais de façon marquante et humoristique, c’est toujours un plaisir de la revoir. Nick Fury est au centre de l’histoire, inutile de préciser que Samuel L. Jackson, un des acteurs les plus prolifiques d’Hollywood, est toujours à la hauteur de son rôle. Emily vanCamp, inconnue en France, est une des plus jeunes actrices de la distribution, et joue l’agent 13. Connue par les lecteurs du comic pour avoir développé une histoire d’amour avec le Captain. Ici, les deux personnages n’en sont pas encore là, mais cela se laisse sous-entendre avec finesse. Robert Redford en Alexander Pierce, méchant, manipulateur, conspirationniste et j’en passe, est ici grandement jouissif. Il est pour moi le véritable méchant de cette histoire.

Il est inutile d’avoir vu, même si c’est mieux tout de même, le précédent Captain America pour comprendre ce second volet. Les deux heures passent sans que l’on s’en rende compte, ce qui est toujours bon signe. Le film nous laisse, évidemment, sur notre faim avec la scène post générique (plus tout à fait post générique puisqu’à présent ces passages sont au milieu et à la toute fin…).

Si le prochain Captain America (sortie prévue en 2016) est aussi bon alors, je suis dès à présent impatient ! Captain America 2 Le Soldat de l’Hiver enregistre un des meilleurs démarrage de la saga. Il est ainsi parti pour affronter Iron Man et Avengers en chiffre de box office. Il a atteint en une semaine plus de 300 millions de dollars de recettes, soit presque autant que ce qu’à rapporté la durée totale de l’exploitation commerciale du premier volet. Succès critique et financier. Un film à ne pas rater pour les fans des super-héros Marvel et même pour ceux qui ne le sont pas ! Ma note 4/5.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.