Alors avoir 20 ans ça fait quoi ?

 

Je ne sais pas ce que cela faisait à d’autre époque, mais ici ça fait peur. Parce que peu importe la voie choisie, on finira tous à Pôle Emploi, parce que même pour un stage non rémunéré il faut un piston, parce qu’il faut se laisser sauter par un politique, parce qu’il faut déjà cotiser pour la retraite, parce que le monde est pourri et parce qu’il faut devenir adulte. Et ça je veux pas.

Pourtant il semblerait que j’ai eu une enfance comme les autres, j’ai joué aux cartes Pokémon en primaire, j’ai écouté Lorie, j’ai imité les L5, j’ai été amoureuse de Filip des 2B3, puis j’ai commencé à lire Harry Potter. Tous. Et puis j’ai vu les films, j’ai commencé à lire aussi des mangas, à écouter du Diams, à ne plus jouer à chat mais à parler avec mes amies. J’ai vu tous les Star Wars. Je me suis fait des mèches blondes parce que c’était interdit au collège, j’ai passé mon brevet, j’ai bu mon premier verre, j’ai été à ma première soirée, j’ai embrassé mon premier garçon, j’ai eu mon bac. Et puis je me suis posé des questions sur mon avenir et là je n’ai toujours pas de réponse. J’ai eu envie de tout plaquer, de partir loin mais pas le courage pour le faire. Et puis loin c’est pareil.

Avoir 20 ans c’est chiant, parce qu’on ne sait pas où l’on va et parce que nos parents n’ont plus ne le savent pas. « De toute façon quand tu auras mon âge la retraite ça n’existera plus », « Quand tu seras vieille, il n’y aura plus de banquise et Paris sera immergé», « Quand tu seras vieille, il n’y aura plus de pétrole », « Tout le monde sera au chômage ».

Alors on se met à rêver. On essaye de rendre nos rêves réalité, on se lance dans une carrière artistique, pour ma part je crie ma rage sur le papier. Je noie mon désespoir dans des poèmes. J’exprime ma haine d’un monde sans lendemain, d’un avenir sans futur et des mes 20 ans… déjà passés. Je noircis des pages et des pages…

Mais on doit se rendre à l’évidence, hélas, les voitures volantes et la téléportation ce n’est pas au programme. On doit devenir adulte. Oui… enfin je veux bien, mais on fait comment ? On travaille et on paye des impôts ? ah oui mais non… le travail des jeunes ça n’existe pas. Et ne parlons pas des carrières artistiques ! On prend un appart seul ? Ah mais non, pas assez d’argent. Tu veux être artiste ? Vis sous les ponts ça forge le caractère et l’imagination…

Et puis voir toutes les publicités vantant le « jeunisme » ne nous donne pas du tout envie de vieillir. Mon Dieu !  mais alors ça y est je suis vieille ! « Bah oui, tu sais c’est à partir de 20 ans qu’on perd de l’ouïe et des cellules ».

Je m’attendais donc à un abattement de faiblesse ce jour-là, que nenni ! Il ne se passa rien. J’ai 20 ans ! Oui et alors ? demande le voisin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.